Dans un réseau de 8 librairies indépendantes, choisissez en un clic votre librairie Fontaine :



PARTAGER
Date de publication
Éditeur
Mercure de France
Collection
Bibliothèque étrangère
Nombre de pages
144
EAN13
9782715234673
ISBN
978-2-7152-3467-3
QUAND TOUT EST DÉJÀ ARRIVÉ
De JULIAN BARNES
Traduit par JEAN-PIERRE AOUSTIN
Mercure de France
15,50
Présentation
Nous vivons à ras de terre, à hauteur d'homme et pourtant - et par conséquent - nous aspirons à nous élever. Créatures terrestres, nous pouvons parfois nous hisser jusqu'aux dieux. Certains s'élèvent au moyen de l'art ; d'autres, de la religion ; la plupart, de l'amour. Mais lorsqu'on s'envole, on peut aussi s'écraser. Il y a peu d'atterrissages en douceur. On peut rebondir sur le sol assez violemment pour se casser une jambe, entraîné vers quelque voie ferrée étrangère. Chaque histoire d'amour est une histoire de chagrin potentielle. Sinon sur le moment, alors plus tard. Sinon pour l'un, alors pour l'autre. Parfois pour les deux. C'est à différentes altitudes que se situent les trois récits qui composent ce livre. Le premier nous conte, avec souvent beaucoup d'humour, les différentes tentatives de l'homme pour voir le monde d'en haut. Et il s'attache plus particulièrement à celles de Nadar, qui, à bord d'un ballon, réalisa les premiers clichés aérostatiques en 1858. Le deuxième se penche sur les amours de Sarah Bernhardt - souvent photographiée par Nadar et qui fit un tour en montgolfière - avec un bel officier anglais. Là, on est «à hauteur d'homme». Le troisième nous parle - droit au cœur - de ce qui se passe quand «tout est déjà arrivé», en l'occcurence, la mort de l'être qui vous était le plus proche et «qu'on est tombé de la plus grande hauteur». Disons simplement que Julian Barnes est sans doute là au sommet de son art.
Julian Barnes vit à Londres. Auteur de quatorze romans ou recueils de nouvelles, de six essais ou récits, traduits en plus de trente langues, il a reçu en 2011 le David Cohen Prize pour l'ensemble de son œuvre.
Le mot du libraire
29 janvier 2014

La perte de l'être aimé

Dans ce livre qui n'est pas un roman, nous retrouvons l'intelligence, la sensibilité et la subtilité du grand Julian Barnes. Trois parties se succèdent : une réflexion sur les débuts de l'aéronautique et des premiers aérostats, une réflexion sur les débuts de la photographie - et de la photographie aérienne - et enfin, une réflexion poignante sur la perte de l'être aimé. On croise Félix Tournachon dit Nadar, Sarah Bernhardt, et le fantôme de Mme Barnes... Très beau
S'identifier pour envoyer des commentaires.
Infos disponibilités
  • 48 324 références en stock, expédiées aujourd'hui ou demain
  • Pas en stock, mais expédié sous 4 à 7 jours ouvrés
  • Épuisé, non publié ou non commercialisé
  • À paraître