Identifiez vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Nos lectures
Capitaine Rosalie
En stock, expédié aujourd'hui 12,90 €
Timothée de Fombelle
(Fontaine Sèvres)

Le père de Rosalie est parti à la guerre. La grande boucherie de 1914-1918. Il écrit de nombreuses lettres à son épouse et à sa fille. La petite s'est donné une mission, elle doit impérativement réussir à apprendre à lire pour se plonger par elle-même dans les histoires de son papa. Mais la dernière missive ne lui apportera peut-être pas les nouvelles qu'elle espérait...
Une fois de plus Timothée de Fombelle arrive à faire fondre nos cœurs. Le courage de la vaillante Rosalie est charmant. L'histoire personnelle de son père est comme un écho des horreurs vécues par les soldats lors de la première guerre mondiale. Le texte est tout en finesse, magnifiquement illustré par Isabelle Arsenault qui a su mettre en avant par quelques touches de couleurs (noir, blanc, orange et bleu) la beauté de l'amour filial. L'émotion est palpable, elle nous transperce en même temps que la petite fille. C'est beau tout simplement.
Dès 7 ans

Ça raconte Sarah
En stock, expédié aujourd'hui 15,00 €
Pauline Delabroy-Allard
(Fontaine Sèvres)

Ça raconte Sarah mais pas que. Ça raconte surtout une très belle histoire d'amour, l'histoire d'une passion amoureuse même. Notre narratrice, une femme divorcée et mère d'une petite fille, rencontre Sarah lors d'une soirée du nouvel an. C'est le coup de foudre. Les deux femmes vont vivre un amour passionnel. Ce premier roman est superbe et nous ne pouvons pas le lâcher avant de l'avoir terminé. Un grand roman de cette rentrée littéraire.

La Rue de l'ours
En stock, expédié aujourd'hui 17,00 €
Serge Bloch, Marie Desplechin
(Fontaine Sèvres)

Serge Bloch nous raconte son enfance à travers la plume de Marie Desplechin. Nous nous retrouvons à flâner dans les rues de Colmar et plus précisément dans la rue de l'Ours. Si cette petite rue commerçante donne son titre au livre c'est parce que la famille de l'illustrateur y tenait une boucherie Casher. C'est dans ce lieu familial que gravite l'ensemble des personnages du roman. L'auteur nous plonge dans ses souvenirs d'enfance dans les années 1960, tout en y ajoutant une part d'humour tout à fait plaisante. Le texte est illustré par le narrateur lui-même, ce qui donne une touche encore plus personnelle au roman.

Le fabricant de poupées de Cracovie
En stock, expédié aujourd'hui 16,00 €
R. M. Romero
(Fontaine Sèvres)

Ce roman est une des pépites de cette rentrée littéraire jeunesse, c'est un ouvrage hybride. Le fond du récit est historique. En effet, l'action se déroule lors de la Seconde Guerre Mondiale, en Pologne, plus précisément à Cracovie. Notre narratrice apporte une touche fantastique au texte car elle n'est autre qu'une poupée douée de vie. Elle se réveille dans le magasin de jouet d'un fabricant de poupée. Commence alors une grande histoire d'amitié malheureusement entravée par l'arrivée de l'armée allemande et la domination Nazie. Mais ce n'est pas le seul sujet du livre car ce roman alterne entre deux histoires. La première se passe dans notre monde, au côté de Karolina et de ses nouveaux amis. La seconde, plus courte, est comme un miroir des événements qui sont retracés dans le monde réel. On y suit toujours Karolina mais au pays des poupées où une invasion a lieu la encore.
Pour les jeunes dès 12 ans, on ne peut que vous conseiller la lecture de cet ouvrage. La sensibilité des personnages, leurs remords pour certains, la beauté des petits moments partagés, l'ensemble du récit nous laisse comme dans un cocon que l'on ne voudrait pas quitter. L'intérêt est aussi historique car il nous fait découvrir la Seconde Guerre Mondiale du point de vue de personnages qui restent à l'arrière du conflit et tentent de survivre malgré les privations.

Berlin 1942. Le voyage d'un collabo au coeur de la Gestapo
En stock, expédié aujourd'hui 10,00 €
Sadosky, Louis
(Fontaine Villiers)

Avril 1942. Le brigadier-chef des RG Louis Sadowsky* est arrêté à Paris avec son ancien chef Christian Louit. Ils sont emmenés à Berlin et détenus dans la prison jouxtant le QG de la Gestapo sur l'Alexanderplatz. Chaque jour on les convoque pour des interrogatoires serrés concernant leurs contacts et 'indics' à Paris datant d'avant la guerre. Ils ne sont pas torturés mais la menace est toujours latente et le régime de la prison est dur. Ne sachant pas ce que les Allemands lui reprochent ni ce qu'il a fait ou omis de faire pour qu'on le retienne, Sadowsky est bouleversé, pleure la nuit dans sa cellule. Il a froid et la nourriture est insuffisante. Il fait de son mieux pour raconter aux interrogateurs tout ce qui leur peut être utile. Il n'a, bien sûr, qu'un souhait: sortir de là et retourner auprès de sa femme à Paris. Au bout d'une dizaine de jours on semble être satisfait de son attitude. Sadowsky et Louit sont emmenés dans des restaurants pour un déjeuner correct (il y a quand-même un rationnement à cause de la guerre mais on tient à ce que les Français soient convaincus de la force invincible de l'Allemagne); on leur fait faire une promenade dans le centre de Berlin; les interrogateurs leur donne du café, des cigarettes. Après quatre semaines on les raccompagne à Paris.
À son retour le supérieur de Sadowsky lui ordonne de rédiger un rapport sur cet épisode. C'est le texte que voici. L'éditeur n'a retouché que des fautes d'orthographe et la transcription phonétique de mots allemands.
Se doutant que la Gestapo lira ce texte, Sadowsky reste très prudent dans ses avis mais il n'hésite pas à raconter des conversations privées fugaces avec Louit qui lui reprochait d'être trop coopératif. Sans être 'résistant' (peut-être qu'il le serait devenu) celui-ci n'est guère favorable aux Nazis qui, quelques mois avant son arrestation, avaient exigé sa mise à la retraite à cause de son manque de collaboration, et il sera de nouveau arrêté - avant la remise du rapport de Sadowsky- et passera le reste de la guerre en prison en Allemagne. Quant à Sadowsky, il sera un excellent collaborateur. Avec ses talents de policier, il sera spécialisé dans 'la traque des Juifs'.
Son rapport sera utilisé lors de son passage devant la commission d'Épuration mais ne sera pas publié avant cette édition. Sadowsky échappera de près à la peine capitale et passera une dizaine d'années en prison.
Le texte est présenté avec un travail remarquable d'historien qui place tout dans son contexte, donnant des explications sur les événements et personnes mentionnés. Une lecture fascinante, tant sur l'époque que sur l'homme Sadowsky, la collaboration vue de l'intérieur .

* Il sera la base du personnage Léon Sadorski des romans de Romain Slocombe.