Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
A moi seul bien des personnages
21,80 €
A moi seul bien des personnages
Seuil
Résumé
John Irving traite ici du désir, du secret, de l’identité sexuelle. À moi seul bien des personnages est une histoire d’amour inassouvi – une histoire tourmentée, drôle et touchante – et une approche passionnée des sexualités différentes. Billy, le narrateur bisexuel, personnage principal du roman, raconte les aventures tragi-comiques qui marquent durant près d’un demi-siècle sa vie de «suspect sexuel», expression déjà employée par Irving en 1978, Le Monde Selon Garp, un roman qui fit date.

Livre le plus politique de John Irving depuis L’Œuvre de Dieu, la part du Diable et Une Prière pour Owen,À moi seul bien des personnages est un hommage poignant aux ami(e)s et amant(e)s de Billy – personnages de théâtre défiant les catégories et les conventions. Enfin et surtout, À moi seul bien des personnages est la représentation intime et inoubliable de la solitude d’un homme bisexuel qui s’efforce de devenir «quelqu’un de bien».

Irving nous enchante avec cette formidable chronique de la seconde moitié du vingtième siècle américain, du grand renfermement puritain face à la libération sexuelle et à la guerre du Viet Nam, sans oublier l’évocation de l’épidémie de sida et ses ravages ainsi que l’effarant silence des gouvernants (Reagan). Mais toujours de l'humour, beaucoup d’humour, arraché à la tristesse et la mélancolie.

John Irving, né en 1942, a grandi dans le New Hampshire. Depuis la parution du Monde selon Garp, il accumule les succès tant auprès du public que de la critique. À moi seul bien des personnages est son treizième roman.

Le site de l'auteur : http://john-irving.com/
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil (18/04/2013)
  • Collection : Cadre vert
  • Nombre de pages : 592
  • ISBN: 978-2-02-108439-9
John Irving (Auteur) a également contribué aux livres…
Avenue des mystères Avenue des mystères John Irving
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,90 €
Lire la suite
Je te retrouverai, roman Je te retrouverai, roman John Irving
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Avenue des mystères Avenue des mystères John Irving
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Lire la suite
L'oeuvre de Dieu, la part du diable L'oeuvre de Dieu, la part ... John Irving
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 12,50 €
Lire la suite
Le monde selon Garp Le monde selon Garp John Irving
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 21,00 €
Lire la suite
Dernière nuit à Twisted River Dernière nuit à Twisted River John Irving
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 9,70 €
Lire la suite
Josée Kamoun (Traduction) a également contribué aux livres…
La tache La tache Philip Roth
En stock, expédié aujourd'hui 9,00 €
Lire la suite
Le Cœur de l'Angleterre Le Cœur de l'Angleterre Jonathan Coe
En stock, expédié aujourd'hui 23,00 €
Lire la suite
1984 1984 George Orwell
En stock, expédié aujourd'hui 21,00 €
Lire la suite
Numéro 11, Quelques contes sur la folie des temps Numéro 11, Quelques contes sur ... Jonathan Coe
En stock, expédié aujourd'hui 8,40 €
Lire la suite
Entre eux Entre eux Richard Ford
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,50 €
Lire la suite
Le meilleur Le meilleur Bernard Malamud
En stock, expédié aujourd'hui 8,90 €
Lire la suite
Olivier Grenot (Traduction) a également contribué au livre…
Niceville, roman Niceville, roman Carsten Stroud
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,50 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Lucie A. image du profil
(Fontaine Passy)

« A moi seul bien des personnages » voilà un titre prometteur. Il s'agit bien avec ce roman du grand retour de John Irving qui revient avec un personnage d'adolescent torturé et mystérieux digne de Garp lui-même. Ici, notre narrateur, Bill exprime ses doutes quant à sa sexualité sur un ton mélant humour et drame. Tantôt épris par son beau-père metteur en scène tantôt par Mme Frost, la plantureuse bibliothécaire, il découvre une sexualité particulièrement complexe allant jusqu'au transgenre. Roman sur l'initiation sexuelle adolescente dans l'Amérique des années 50 – 60, Irving réussi le pari de nous plonger dans l'esprit brumeux de son personnage grâce à son style foisonnant et inimitable.
On aime, on adore, on dévore.
Un livre complètement d'actualité.

sandrine57 image du profil

De son père, William Abbott n'a gardé que très peu de souvenirs. Pourtant, très jeune, il s'interroge sur ce qu'a pu lui transmettre celui que sa mère a surpris ''embrassant une autre personne''. Ce n'est certainement pas de cet homme sorti très vite de sa vie et qualifié par sa grand-mère et sa tante Muriel de coureur de jupons qu'il tient ses ''béguins contre nature'', celui par exemple pour Richard Abbott, jeune professeur à la First River Academy, talentueux metteur en scène de la troupe de théâtre de l'école. De son grand-père Harry alors ? Lui qui a fait les beaux jours du théâtre municipal en y interprétant merveilleusement les plus beaux rôles de femmes, à la tête d'une scierie à la ville, dans ses corsets de taffetas à la scène. Mais son penchant coupable pour Richard disparait quand celui-ci épouse sa mère et lui donne son nom, mettant définitivement hors-jeu le coureur de jupons. Installée dans un logement de fonction au sein de l'école, la nouvelle famille se lie avec les Hadley. Elaine devient sa meilleure amie, tandis qu'il fantasme sur sa mère. Ses béguins se font divers et variés, les plus remarquables étant Miss Frost, la bibliothécaire, femme mûre aux seins d'adolescente et Jacques Kittredge, le capitaine macho de l'équipe de lutte dont Elaine s'éprend également. Malgré un contexte hostile, William grandit et se construit dans la bisexualité, passant d'hommes en femmes, certaines même transgenres. Des années 50 aux années 2000, il déroule sa vie, du Vermont à Vienne, de New-York à Madrid, se refusant à choisir entre ses préférences sexuelles.

Comme à son habitude, John Irving a mis un peu, beaucoup, de lui dans son dernier roman. On y retrouve ses thèmes de prédilection, puisé dans sa propre biographie. William Abbott est donc un écrivain en devenir, élevé sans son père, éduqué dans une école de garçons où la lutte est le sport en vue et qui séjournera à Vienne pendant ses études. Mais bien sûr le jeune Billy n'est pas John Irving dont il diffère par sa sexualité problématique à ses débuts puis de plus en plus assumée. Ces ''béguins contre nature'', ces ''erreurs d'aiguillage amoureux'' sont le prétexte à une critique de l'Amérique bien-pensante où l'homosexualité est une déviance, une maladie mentale que l'on doit soigner. En Europe, son héros se libère de ses entraves morales mais son cas est toujours difficile à gérer; le bisexuel est mal vu par les hétéros comme par les homos. Mais au-delà des problèmes, "A moi seul bien des personnages" est surtout un hymne à la liberté et à la tolérance. Sans parti pris, ni jugement, Irving raconte une communauté qui a beaucoup souffert. Ses pages sur les années sida, fortes et pudiques, sont à la hauteur du Philadelphia de Jonathan Demme. Son Billy Abbott nous promène dans un monde et des pratiques parfois inconnus, mais sans militantisme ou revendications. Homosexuels, actifs et passifs, bisexuels, mais aussi transgenres prennent une réalité que certains voudraient ignorer dans le meilleur des cas, éradiquer dans le pire.
Un roman où il est difficile d'entrer à moins d'être féru du théâtre de Shakespeare ou d'Ibsen, puis, petit à petit, la magie d'Irving opère. Billy Abbott devient un intime, un ami et l'on s'immerge dans la petite communauté de First Sister, Vermont, et tous ses habitants deviennent des familiers que l'on peine à quitter. Encore une fois, John Irving signe un livre essentiel pour faire réfléchir, rire et s'émouvoir. Une réussite de plus pour celui qui depuis toujours prône la liberté de pensée, le droit à la différence, la tolérance. A lire !

o n  l a  l u image du profil

Ne soyez pas intimidé, lancez-vous ! Partez à la rencontre de John Irving, l’auteur culte du " Monde selon Garp " et de " L’Hôtel New Hampshire ", vous ne le regretterez pas . Parce que lire " À moi seul bien des personnages ", c’est s'embarquer dans une grande aventure, dévorer 471 pages sans reprendre son souffle, redécouvrir un pan de l’Histoire contemporaine.

Bill est un petit garçon qui n’a jamais vu son père et ne sait presque rien de lui. Il habite avec sa mère et ses grands-parents, lorsque surgit le charmant Richard qui deviendra son beau-père. La famille vit pour le théâtre municipal de leur petite ville du Vermont. La mère y est souffleuse, le grand-père Harry l’acteur fétiche de la troupe. Et celui-ci ne se sent jamais aussi bien que lorsqu’il tient des rôles… de femmes ! Quant à Richard, grand amateur de Shakespeare, il devient le metteur en scène de ces comédiens amateurs et distribue les rôles. Bill se rend très vite compte qu’il n’est pas un ado comme les autres. Sa différence ? Il est amoureux de son beau-père. Mais aussi de Miss Frost, la magnifique, la fascinante bibliothécaire qui lui fera découvrir de grands textes et plus encore.

Dans cette famille atypique, Bill se découvre donc bisexuel. Il aime les hommes autant que les femmes. Cette « différence » connue des uns, soupçonnée par les autres, ne l’empêchera pas de devenir un écrivain et de parcourir le monde. John Irving ne s’embarrasse pas avec la chronologie. Il passe volontiers du présent au passé et s’amuse à prévenir son lecteur : telle ou telle anecdote, il nous la racontera plus tard. Défilent alors sous nos yeux les ravages du sida, la fascination que Bill porte à Kittredge, son énigmatique et cruel camarade de collège, les expériences sexuelles hors du commun, les amitiés pour la vie, les rencontres avec les transsexuelles (son type de femmes par excellence), les représentations de pièces de Shakespeare où, soudain, chacun se sent à sa place, les lectures qui changent une vie…

On pourrait dire bien des choses sur ce roman inoubliable : qu’il nous a fait rire cent fois, qu’il nous a fait pleurer, trembler aussi. Qu’il pourrait s’intituler " À moi seul bien des " extraordinaires " personnages ». Car certains d’entre eux sont si vivants, si poignants, qu’on donnerait beaucoup pour les avoir rencontrés, même une fois. On les aurait, sans aucun doute, pris dans nos bras.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Jostein image du profil

Tout ce que vous avez voulu savoir sur la bisexualité sans jamais avoir osé le demander. John Irving détaille avec des descriptions réalistes, naturelles et crues les pensées et relations de personnages à la sexualité différente. Mais, si certains lecteurs pourront être choqués, ce roman est bien davantage qu’un éventail de désirs et amours inavouables.

+ donner votre avis