Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Valérie

Valérie
Les Vacances
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 18,90 €
Julie Wolkenstein

J'ai découvert Julie Wolkenstein lorsque j'étais membre du jury du prix Elle pour la deuxième fois et ce fut un coup de foudre. Seulement, Adèle et moi n'a pas passé les pré-sélections cette année-là, c'est dire si je suis représentative du prix. Et comme Les vacances est dans la pré-sélection de février cette fois, je croise les doigts pour que mon coup de cœur ne signifie pas qu'il sera recalé . Depuis, j'avais relu des romans écrits avant Adèle mais je n'y retrouvais pas ce que j'avais tant aimé, l'ambiance de bord de mer normand, l'écriture, l'humour aussi. Les vacances faisait bien sûr partie de mes toutes premières envies de rentrée et je n'ai pas été déçue. J'aime tout dans ce roman, le lien entre cette femme au bord de la retraite et ce jeune homme, tous deux un peu perdus dans leurs amours, l'humour de l'auteure qui joue sur les décalages entre notre quotidien et comment cela peut être perçu par un novice (la scène du Starbucks est représentative), les références aux romans de la Comtesse de Ségur qui font partie de mes premiers souvenirs de lecture (je ne faisais pas dans la modernité). Je me suis rendue compte que mon goût pour ces romans va pourtant à l'encontre de mon aversion pour la lecture de pièces de théâtre ( ô toi qui viens de m'offrir une pièce de théâtre en livre, retiens ton soupir, tu vois qu'il y a peut-être un espoir que je finisse par aimer le genre), puisqu'en effet, comme le fait remarquer Sophie, le choix narratif de la Comtesse s'approche du théâtre. Il faut aussi avouer que ce roman a sans doute été écrit pour moi parce qu'en plus de la Comtesse de Ségur, j'y ai reconnu des lieux que je connais très bien, la gare Saint Lazare et son piano (même si moi, je serais bien incapable de reconnaître le générique de Games of Throne) et quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver au Neubourg, petite bourgade qui se trouve à dix kilomètres de chez moi et que je connais par cœur. Si moi j'ai adoré ce roman, j'en connais un autre qui doit être ravi d'être à l'honneur, le chanteur Alex Beaupain. Un roman rythmé par les chansons de Nostalgie, il y avait plus de quoi séduire la fille que moi à la base (oui, je sais, ma fille est un OVNI à sa manière) mais séduite, je fus.

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 32,00 €
Freddy Nadolny Poustochkine, Dai Sijie

J'ai eu le roman de Dai Sije entre les mains quand l'une de mes classes l'a étudié en cours. Je me souviens l'avoir emprunté à un(e) élève mais je n'ai pas dépassé quelques pages. Lire cette BD m'a donné envie de m'y remettre, parce que j'ai l'impression que tout n'a pas été totalement limpide pour moi dans l'intrigue, ce qui ne m'a pas empêchée d'être conquise. J'ai adoré les dessins et l'histoire de ce trio ne m'a pas laissée indifférente.

Summer
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Monica Sabolo

Ce roman traite à mon avis de nombreux sujets, de la manière dont on vit avec des secrets de famille, ceux qu'on subit, ceux qu'on nous fait porter alors qu'on n'a pas les épaules qu'il faut pour les porter. C'est aussi un roman sur les effets bénéfiques de la psychothérapie, à tel point d'ailleurs que je suis allée vérifier si Monica Sabolo n'était pas psy- quelque chose à la base, mais il semble que non et pourtant, les séances sont très en marge, il ne faut surtout pas que ça rebute les réfractaires aux thérapies. Ça démarre assez lentement, puis le rythme s'accélère et alors, on ne peut plus le lâcher. Monica Sabolo parvient à parsemer son roman de rebondissements assez spectaculaires sans qu'on ne se dise que ça ne tient pas la route. Et puis, c'est très joliment écrit, j'ai eu envie de noter de nombreuses phrases. On pourrait sans doute reprocher le côté un peu cliché de cette famille suisse bourgeoise, mais on ne peut en tout cas pas lui reprocher d'avoir inventé des personnages lisses, le père et la mère n'étant pas des représentations de la tendresse parentale. L'une des prouesses de l'auteure, me semble-t'il est de ne pas avoir choisi entre le thriller et le roman poétique, ce qui explique sans doute sa présence dans la seconde sélection du prix Goncourt. Il reste, en refermant ce roman, des images puissantes, comme ce châle, symbole de la relation lien mère-fille.

Les petites chaises rouges
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 23,00 €
Edna O'Brien

Ouvrir un livre d'Edna O'Brien, c'est retrouver un univers dans lequel il faut accepter d'entrer par immersions successives. Celle qui m'a prêté ce roman, avec qui j'en ai ensuite longuement discuté, utilise un adjectif que je lui emprunte de plus en plus souvent: "clivant". On peut dire qu'Edna O'Brien est une auteure clivante, comme l'ont prouvé les avis divergents du jury du Prix des lectrices de Elle qui m'avait permis de la découvrir. Elle procède par circonvolutions pour construire son récit, tournant autour du point où elle souhaite nous mener, nous perdant parfois en route. Mais j'aime me perdre entre ses lignes. Lors de notre debriefing, nous avons remarqué que chacune de nous avait oublié des passages du livre, tant il est difficile de se concentrer sur tout. Et peu importe. Ce roman traite du sentiment de culpabilité lié au fait d'aimer un monstre, d'avoir manqué de lucidité dans le choix amoureux et sur la difficulté de s'en remettre. Certaines scènes sont très fortes, comme si elles étaient les points vers lesquels tous ces détours devaient nous mener. Et puis, lire Edna O'Brien, c'est n'avoir aucun doute quant au fait que nous lisons bien un objet littéraire. A 85 ans, l'auteure n'a rien perdu de son talent.

Par le vent pleuré
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,50 €
Ron Rash

Eugène vit dans une petite ville de Floride. Son grand-père y fut le médecin incontournable de toute la ville. Lui, cuve désormais sa peine dans une solitude qu'il subit, sa fille ne voulant plus le voir. Lorsque des restes humains sont découverts et vite attribués à Ligeia, cette adolescente qui lui fit découvrir le sexe, l'alcool mais surtout l'amour, il replonge dans son passé et s'interroge sur le rôle qu'a pu jouer son frère Bill, devenu un chirurgien de renom.
Mon premier contact avec Ron Rash fut raté, j'avais abandonné Serena. Ce roman-ci est vraiment très différent, avec très peu de descriptions de paysages et cela me correspond davantage. Ce n'est pas un roman inoubliable mais c'est un joli roman d'apprentissage, sur la découverte de l'amour dans les bras d'une fille qui cherche surtout à tirer profit du statut d'un jeune garçon et sur les liens fraternels, un thème qui m'intéresse de plus en plus. Il y a une réflexion intéressante sur les conséquences de nos actions et sur le questionnement qui consiste à mettre en balance des vies sauvées par rapport à la confession d'une vérité qui ne changera plus rien pour la victime, sur le succès et l'échec des vies aussi. Les deux frères sont bien croqués, ils forment un binôme opposé et pourtant intimement lié qui tient le roman de bout en bout.