Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
La Grande Idée
22,00 €
La Grande Idée
Gallimard
Résumé
Son nom parcourt le livre comme une incantation, et pourtant Saul Kaloyannis reste une énigme. Qui était-il, cet homme aux yeux emplis de ténèbres : un idéaliste, un traître, ou le dernier des héros ? Dans les années 70, un étudiant part à la recherche de ce survivant d’une guerre perdue un demi-siècle auparavant. Les témoins qu’il retrouve, tous des laissés-pour-compte de l’Histoire, se succèdent pour retracer le destin de Kaloyannis, son voyage sans retour des confins de l’Orient à la baie de New York. En des temps où les régimes répriment l’extraordinaire, la légende galopante du contestataire embrase déserts, îles des Cyclades, forêts de sauges géantes, villes sous les vagues... Ce roman d’aventures déployant un imaginaire infini est porté par une écriture magnifique, ample, visionnaire, qui dans son fleuve obstiné allie le trivial et le précieux, le réalisme et la poésie.
Anton Beraber est né en 1987. Il vit au Caire. La Grande Idée est son premier roman.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard (23/08/2018)
  • Collection : Blanche
  • Nombre de pages : 576
  • ISBN: 978-2-07-279190-1
Avis des lecteurs
Guillaume H. image du profil

Mais qui est Saul Kaloyannis ?
Au fur et à mesure que s’établit sous les yeux du lecteur une figure mythique, le doute s’installe : un Ulysse des temps modernes ? Un Corto Maltese réalisé ? Ou l’un de ces simples héros du quotidien de l’humanité ?
Un roman foisonnant qui agace ou enthousiasme mais qui, à coup sûr, ne laisse personne indifférent.

Ce roman ouvre différents degrés de lecture…
J’en ai repéré quelques-uns. Et vous ? :
- Les rapports avec Ulysse (ex : le héros et son équipage, s’éloignant de la cité après la bataille (chap.1), l’opium qui endort comme la magicienne Circé (chap.2), l’homme sur le rivage comme à Ithaque (début chapitre 9) etc… Tout cela dans un monde Grec.
- Une analyse de la construction des mythes et des héros
- Un cousinage avec Corto Maltese
- Une écriture proche de G.G.Marquez ("Cent ans de solitude")
- Une possibilité de lire chaque chapitre comme une nouvelle (Fuite d’Izmir, l’hôtel du désert, L’île et l’Atlantide et Henri de Montfreid, l’usine et la révolte, le prisonnier de geoliers « pour son bien », les condamnés du bord de mer, la fuyards dans la montagne et la noyade du héros, le dispensaire aux Etats-Unis, le quai d’une gare inconnue…)
Et au fait, qui est Anton Beraber ?

+ donner votre avis