Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Rémi47

Rémi47
 < 123 > 
Les Furtifs
En stock, expédié demain 25,00 €
Alain Damasio

On retrouve dans ce livre quelques aspects des précédents romans d'Alain Damasio. C'est par exemple, la « Meute » qui rappelle la « Horde ». Il reprend également l'indication du personnage qui s'exprime par l'usage de signes de ponctuation ou divers symboles. Mais c'est surtout l'idée d'une société alternative et rebelle au mouroir sécuritaire et replié sur soi, ce vers quoi mène la société capitaliste. Il y a dans ce domaine beaucoup de « La Zone du Dehors ». C'est un de ses thèmes de prédilection. Le récit anticipe une société, à horizon seulement 20 ans, où la question environnementale n'apparaît pas mais qui a subi de plein fouet l'évolution dramatique de la surveillance et de l'illusion de vie dans l'irréel numérique, pour ceux qui en ont les moyens. Le « furtif » est symbole de la pulsion de vie et de liberté. À travers la recherche par un couple d'une enfant disparue, l'humanité se cherche elle-même. La vie est ici clairement la nécessité vitale et l'audace de l'échange et de la transformation permanente contre le mirage mortel de l'immobilité rassurante et sécurisante. Je n'irais pas plus loin dans une tentative d'analyse tant elle est futile face à la dimension de ce texte. Une réelle poésie surgit grâce au jeu sur et avec les mots. Est-ce que l'on comprend vraiment tout ce qu'il écrit ? le comprend-il lui-même ou écrit-il sous la dictée inconsciente par un être irréel, appelons-le « le Talent » ? Quelle importance au fond ? Plus que comprendre ou imaginer, il nous fait ressentir, avec beaucoup d'émotion, un domaine imaginaire, le toucher du doigt de la pensée avec un indicible espoir. À la fin, comme avec « La Horde du Contrevent », il subsiste un intense sentiment de satisfaction d'avoir lu ce livre. Au-delà de l'anticipation, où la société est presque déjà, il y a une parabole, un texte de combat ou au moins d'avertissement sociétal. Dans le domaine « imaginal » de la littérature, trop peu considéré en France, se trouve un des auteurs actuels majeurs et sans doute le plus révolutionnaire de la littérature française actuelle. À l'avenir, je crois qu'il serait intéressant de faire étudier ses livres par les lycéens. Cela ouvre l'esprit, même inconsciemment. En résumé, j'ai adoré.

Le Livre des Martyrs, tome 1, Les jardins de la Lune
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 25,00 €
Steven Erikson

Réédition récente d’un ouvrage paru en anglais il y à bientôt 20 ans, ce livre n’est pas le plus facile d’accès des romans de Fantasy. Des mots comme « remarquable » ou « ambitieux » viennent à l’esprit du lecteur. La compréhension s’améliore au fur et à mesure de la progression dans la lecture, sur un mécanisme similaire au magistral « La Horde du Contrevent » de Alain Damasio. Mais, à la différence de celui-ci, il y a un point un peu déroutant qui fait que l’on peut, en fonction des goûts, être un peu moins facilement entrainé dans le récit. Pendant l’essentiel du récit, et sans préjuger de sa suite, il n’y a pas de véritable héros ni groupe de héros pour qui ressentir de l’émotion. Les personnages, quels que soient leur rôles, sont tous traités en profondeur à la fois en tant que tels et dans leurs rapports aux « ascendants ». On attend assez longtemps l'héroïsme. On est donc pas vraiment dans l’Heroic Fantasy. Peut-être les spécialistes parleront-ils de High Fantasy ? En tout cas, cela vaut le coup de s’accrocher. C’est vers la fin que tout se met en se place, se déclenche et se décante. Et j’ai hâte de lire la suite.

Entrer en stratégie
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,50 €
Desportes, Vincent

Je propose ici, la critique que j'en ai faite sur le site Babelio.

Héritage d’une brève et peu brillante carrière au sein du ministère de la Défense, bien loin dans le passé, je continue parfois, entre deux romans, à m’intéresser au sujet de la Stratégie. Avec l’ouvrage de monsieur Desportes, il me semble que c’est la première fois que quelque chose d’aussi intelligent et utile est écrit sur le sujet par un français. Le lecteur, pour son plus grand bien même s’il n’en a pas conscience, ne trouvera pas ici de « recettes stratégiques » issues de l’histoire, rassurantes, valorisantes et inéluctablement trompeuses. Le Général va à l’essentiel : la démarche intellectuelle. Bien sûr, la planification est indispensable mais elle ne sert qu’à préparer au mieux le plus important : l’adaptation. Avant de conclure, il aboutit à un terme qui vient vite à l’esprit du lecteur : l’intuition. Mais celle-ci se prépare par le travail, la culture, l’organisation, la conscience des écueils. À de très rares moments, les exemples concrets pourraient être mieux choisis. On vient bien qu’il suit avant tout son intuition forgée par l’expérience du commandement, par une connaissance encyclopédique des écrits sur le sujet et la compréhension nécessaire (qui, comme il le dit lui-même, ne va pas de soi). Sans doute les militaires sont-ils déjà, plus ou moins, familiers de ce genre de réflexion. Mais on pourrait conclure que tous les jeunes adultes gagneraient à s’imprégner de cet ouvrage. Avoir une stratégie c’est avant tout « vouloir ». Réciproquement, dès que l’on a une volonté, quelle qu’elle soit, susceptible d’être en concurrence, en interférence, en opposition parfois, avec celles d’autres individus, on entre en stratégie. Ce livre est un bon guide sur cette voie. On pourrait le définir comme « génial » si cela ne revenait à contredire son enseignement en risquant d’une faire une Bible à suivre sans esprit critique. A mettre cependant dans toutes les mains.

L'Héritière du chaos
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 21,90 €
Rodolphe Vanhoorde

Un spin-off très intéressant à partir d'un des personnages de l'auteur à succès Michel Robert. Malgré des scènes d'amour aux détails assez crus, avec l'inévitable soupçon de gratuité racoleuse, et la violence indispensable au genre, il y a dans cette ouvrage une forme d'élégance qui semble faire la différence, force ou faiblesse, entre les auteurs francophones et les maîtres anglo-saxons Cela reste un roman prenant et réussi, assez classique par ses recettes, dont on attend la suite avec impatience.

Sérotonine
En stock, expédié demain 22,00 €
Michel Houellebecq

Je viens de finir ce livre et je me demande si j'ai bien fait de le lire. Certaines choses, notamment les références sexuelles, habituelles mais avec en particulier la description de deux vidéos absolument choquantes, font se poser la question de la gratuité de celles-ci, à moins que ce ne soient des signaux invitant les cœurs sensibles à ne pas ne pas aller plus loin. Ce qui est jubilatoire au début finit par susciter un sentiment d'ennui à l'approche de la fin. Comme toujours, il n'y a pas vraiment de fin, l'auteur arrête d'écrire et le lecteur arrête de lire, mais ici avec un sentiment de vide abyssal. C'est du bon Houellebecq sans en être le meilleur. Je crois que l'auteur est habité par un génie qui le consume de l'intérieur. Mais en donnant l'impression de forcer le trait, le génie n'avoue-t-il pas douter de lui même ? N'est-ce pas un signe supplémentaire après "Soumission" d'une volonté, peut être inavouée, de racoler en quelque sorte ? En tout cas, il excelle à nous exposer sa pulsion de mort et son incapacité de la suivre. Et il nous fait nous poser la question de savoir pourquoi on lit et ce que l'on cherche ainsi. Donc 4 étoiles au lieu de 5 ; par refus de l’idolâtrie "houellebecqienne".

 < 123 >