Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de libraire

Sabine D.

Fontaine Luberon

Sabine D.
 < 12 > 
Le Livre Des Reines
En stock, expédié demain 22,00 €
HADDAD JOUMANA

Ce livre raconte l’histoire de 4 générations de femmes : Qayah, l’arrière-grand-mère, Qana, la grand-mère, Qadar, la mère et Qamar, la fille. Du génocide arménien en Turquie, à la guerre en Syrie, en passant par la 1ère guerre israëlo-palestinienne et la guerre civile au Liban, ces femmes sont contraintes aux exodes, exils, séparations, pertes et deuils. Entre exercices de prédiction du passé, résilience et folie, ces combattantes font des pieds de nez aux destins. Le récit est émaillé de journaux intimes sous la forme de lettres d’adieux qui témoignent de leur enfermement dans un interminable tunnel de conflits à répétition. De nombreuses questions y sont abordées : le déracinement, la filiation, la mémoire et les traumatismes trans-générationnels (« Ceux que la guerre n’a pas tués sont des cadavres vivants ou des victimes différées »). La romancière rend ainsi un magnifique hommage aux femmes de sa famille qui ont payé le prix d’être nées sur des territoires et dans des communautés religieuses et culturelles qu’elles n’ont pas choisis. Un livre malheureusement troublant d’actualité !

Mur Méditerranée
En stock, expédié demain 22,00 €
Louis-Philippe Dalembert

Ce roman est inspiré d’un fait réel, survenu en juillet 2014 en mer Méditerranée : un chalutier transportant illégalement 750 hommes, femmes et enfants jetés sur les routes de l’exil, a subi une violente tempête et une rixe à bord, entraînant la mort de 181 personnes. Le récit débute alors que trois femmes attendent dans un entrepôt, à Sabratha en Libye pour embarquer afin d’atteindre les côtes italiennes. Il se poursuit par des aller-retour sur les parcours de chacune : Chochana, la nigériane juive que la sécheresse qui sévit dans le nord du pays pousse à chercher du travail ailleurs ; Sembar, l’erythréenne catholique qui ne peut plus composer avec le régime dictatorial de son pays et Dima, la syrienne musulmane qui a perdu sa maison dans les bombardements d’Alep. Toutes cherchent à mettre l’horloge de leur vie à l’endroit, après avoir vécu des traumatismes : à la recherche d’une terre ferme où ancrer leur jeunesse, leur famille, leur vie et leurs rêves. La traversée de la Méditerranée s’avère très périlleuse, en raison à la fois de mauvaises conditions climatiques, mais aussi des dispositions prises pour leur transport : les subsahariens entassés dans une cale réduite et les arabes sur le pont, exposés aux vagues glacées. Dans une langue fluide, rythmée et efficace, l’auteur nous entraîne dans les bruits, les odeurs mêlées et les ressentis des trois femmes jusqu’au débarquement sur une plage de la Baie de Messine sur l’île de Lampedusa. Un récit poignant !

Rhapsodie des oubliés
En stock, expédié demain 18,00 €
Sofia Aouine

Rue Léon, Barbès, quartier de la Goutte d’Or, Paris 18ème arrondissement : Abad, 13 ans, d’origine libanaise, partage avec nous la vie de son quartier, une ville dans la ville où les habitants s’entassent les uns sur les autres comme un grand bain d’amour et un joyeux bordel. Nous sommes véritablement plongés, en apnée, dans le quotidien d’une rue-monde où l’odeur des poubelles se mêle à celles d’éclopés, de cassos et d’âmes fragiles qui y ont trouvé refuge. Nous rencontrons des personnages, riches en couleur et chers à Abad : « Gervaise », prostituée africaine, « Shrek », psy qui aide à « s’ouvrir dehors », « Batman » charmante et énigmatique jeune voisine de l’immeuble d’en face, source de fantasmes érotiques et d’émois amoureux… Tour à tour, l’auteure donne la parole à ces âmes, suspendues les unes aux autres sans jamais se croiser, dans une langue truculente, vibrante, chaude et chaleureuse. Abad représente le lien dans cette addition de vies sous le béton, une véritable école de la vie pour un garçon de son âge qui fait les 400 coups. La force et l’inventivité de ce premier roman résident dans la mise en contexte de ces misérables des temps modernes, dépeints avec une gouaille réjouissante nous transportant entre rires et larmes. A découvrir !

Le Cœur de l'Angleterre
En stock, expédié demain 23,00 €
Jonathan Coe

Jonathan Coe propose une véritable radioscopie de l’Angleterre de 2010 à 2017 en convoquant une dizaine de personnages. On retrouve Benjamin Trotter, écrivain introverti et solitaire, dernier représentant de l’espèce « romancier britannique blanc de plus de 50 ans », installé à la campagne. Autour de lui, évoluent des membres de sa famille, des amis et des connaissances appartenant à la basse et haute middle-class anglaise conservatrice ou travailliste. Le récit débute dans une Angleterre plongée, de 2010 à 2012, dans un sommeil profond et bienheureux, un territoire calme et stable, en bonne intelligence avec lui-même dont le point d’orgue est le rassemblement de millions de gens disparates à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des JO à Londres. Il se poursuit de 2014 à 2016, avec l’ébranlement des certitudes et des esprits, les déchirements et les incompréhensions nés à l’occasion de la campagne du Brexit. Il s’achève en 2017 avec l’attentat de Londres et le bourbier du Brexit, véritable camisole de force que revêt la vieille Angleterre. Outre le style truculent, teinté d’ironie, de cynisme et de dérision de l’auteur vis-à-vis de ses compatriotes, la force et l’intérêt de ce roman résident dans la multitude des questions tant individuelles que collectives qu’il aborde : installation dans une vie conventionnelle (mariage, enfants, carrière, statut social), affres d’un écrivain en panne d’inspiration, multiculturalisme de la société anglaise, tyrannie du politiquement correct, cirque médiatique et dérives des réseaux sociaux, suprématie du capitalisme, hystérie collective des campagnes politiques. Une lecture très réjouissante !

L'Imprudence
En stock, expédié demain 17,50 €
Loo Hui Phang

La narratrice, 23 ans, assistante photographe, d’origine vietnamienne, née au Laos et exilée en France à l’âge d’un an, s’adresse à son frère ainé. Jouisseuse de la vie et collectionneuse d’amants, elle s’est opposée à une vie toute tracée par ses parents qui ont fait le choix de fuir le régime dictatorial au Laos. Le frère aîné, promis à une carrière sportive puis devenu comptable, est en dépression depuis son licenciement. Revenu dans l’appartement familial, il y vit dans un état léthargique. L’annonce du décès de la grand-mère maternelle provoque un séjour au Laos pour y organiser les funérailles. Cette parenthèse dans la vie de la narratrice, sa mère et son frère est l’occasion de se dépouiller de leurs habitudes et addictions dans une atmosphère mêlée de torpeur, moiteur, chaleur, lenteur, stupeur et déni. Dans cette géométrie familiale perturbée, dans un contexte de réintégration dans l’environnement natal provoquant des effets de miroirs et des décalages (entre deux cultures, deux pays, deux langues, deux paysages intérieurs et extérieurs), la narratrice prend conscience que la vie est pleine de doubles fonds. Sous le signe de la fuite et de l’évasion, ce roman fourmille d’interrogations sur la transgression familiale, les valeurs initiales et les principes d’éducation aride, endurcis par l’exil, l’appartenance à une double culture, l’amnésie, l’ingratitude, la précarité des attaches. Le style, dans un souci du détail, emprunte au vocabulaire de la photographie, utilisée comme un médium de reconnexion avec la terre d’origine et pour illustrer les ressentis, tels les corps décrits en angles morts. La maîtrise et la puissance de ce premier roman sont remarquables.

 < 12 >