Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de libraire

Nathalie M.

Librairie Page 36

Nathalie M.
Le livre de Yaak
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,20 €
Rick Bass

Rick Bass offre par cet ouvrage un manifeste écologique.
Il raconte plus de vingt ans de combat pour faire en sorte que la vallée du Yaak devienne une terre protégée par le Congrès américain.
Il oscille entre combat et chant poétique disant la beauté de la forêt primaire qui se rétrécit au fur et à mesure que l'industrie forestière sévit de coupes à blanc. 
Nulle réimplantation d'arbres ne permettra de restaurer le foisonnement, la richesse de la diversité des espèces végétales qui s'y sont développées au fil du temps.
Il écrit la beauté du paysage, sa faune et sa flore, et surtout la raréfaction de la diversité des espèces.
Il constate l'état de la vallée qui l'a adopté, lui qui en est tombé amoureux dès le premier séjour et qui n'a fait que tenter s'y fondre en respect et la protéger. 
Il s'engage, s'épuise mais forme aussi association avec d'autres de la vallée pour mieux la défendre, la protéger de la rapidité toute humaine à dévaster la nature. 
La nature trop vite perçue extérieure à l'homme et réserve de matières premières exploitables pour rendement immédiat.
Tout être voulant y vivre en la respectant devient aux yeux du monde réglé de l'économie mondialiste, un ahuri ou un sauvage mal intégré à la société.
C'est bien vite oublier que si l'homme ne préserve ni ne respecte la nature dont il est, il court à sa propre perte.
On la sait bien cette évidence et pourtant....

La maladroite
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 5,90 €
Alexandre Seurat

Ce pourrait être un fait divers relaté. Mais non, c'est un roman.
Une petite fille de huit ans, Diana, a disparu.
Qu'est-ce qui a pu lui arriver ?
C'est ce qui va se découvrir, de la façon dont Alexandre Seurat pose l'enquête.
Du regard des différents protagonistes : membres de la famille, de l'éducation nationale, des instances de santé, de la justice, chacun de leur rôle dans la vie de la petite fille, on comprend en même temps qu'on découvre peu à peu ce qu'il en est.
Tous les témoignages donnés à lire dessinent peu à peu la situation et font monter l'angoisse, qui s'amplifie au fil des pages.
Il est question là, de maltraitance.
Qu'en est-il de ce qu'on sait à ce sujet ? Que sait-on vraiment de ce qu'on perçoit, qui nous fait douter et dont on ne sait pas bien ce qu'il est bon d'en faire ? C'est un livre dérangeant et plein d'authenticité à dire, qui met chacun face à ses responsabilités.

L'Embellie
En stock 9,95 €
Auður Ava Ólafsdóttir

Tout apparaît bizarre dans cette histoire, ou plutôt décalé et c'est ça justement qui est bon à lire.
Voyez plutôt.
La narratrice se trouve quittée par son amant, puis son mari, le même jour.
De but en blanc, elle se retrouve à écouter les dires d'une voyante qu'elle n'avait pas du tout l'intention de rencontrer, parce que sa meilleure amie ne pouvait se rendre à ce rendez-vous prévu depuis des mois, lui demandant de s'y rendre à sa place.
Meilleure amie, prénommée Audur, qui a un enfant mal-voyant et mal-entendant de quatre ans, enceinte à nouveau et seule totalement, des pères absents.
Amies pour le meilleur et pour le pire mais quand-même pour le meilleur, la narratrice qui n'a aucune expérience des enfants, doit s'occuper de Tumi, pour quelque temps.
De tout ce qui lui tombe dessus (mais bien sûr, je n'en ai que peu dit), elle décide de partir en voyage et emmène le petit avec elle dans ses pérégrinations.
Tout dans cet ouvrage n'est que délectation de l'improbable qui surgit enchanteur et corsé, mine de rien dans un récit qui coule de source mais dont on se demande bien où il mène.

Lettres à Essenine
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,00 €
Jim Harrison

De Jim Harrison, on connaît bien ses nouvelles, ses romans, et même ses poèmes mais peut-être moins ses lettres ; celles adressées à Essenine, poète soviétique suicidé à trente ans en 1925.
Harrison dit de ses lettres qu'elles sont un constat de victoire sur la tentation du suicide.
Dans chaque lettre, une pépite, peut-être pas la même selon qui lit, selon l'humeur dans laquelle on est mais pépite quand-même, assurément.
Des thèmes récurrents du mal de vivre, d'écrire, d'amour, tout n'est qu'élan à vivre absolument, intensément. Jim Harrison n'était pas être de moitié. Tout se vivait pleinement, dans une intelligence vive qui s'exprime de fulgurances.
Peu à peu, on se familiarise avec Essenine, on s'en fait une idée et la curiosité à le découvrir si ce n'est déjà fait, s'amplifie d'avancer dans la lecture des lettres. Des lettres comme des esquisses. Si seulement Essenine avait pu lire ces lettres-là.

Nirliit
En stock 6,90 €
Juliana Léveillé-Trudel

La narratrice se rend tous les étés à Salluit dans le grand Nord pour s'occuper des enfants inuits laissés à leurs seule vigilance et lois.
Quand elle revient cet été-là, elle ne sait pas ce qui l'attend.
Elle découvre que son amie Eva a disparu dans un fjord.
Tout le long de l'ouvrage, elle lui parle à cette amie disparue.
Elle imagine ce qui a pu lui arriver et elle fait le constat de ce qu'elle laisse en l'état, de ne plus être là.
Elle lui dit combien, elle, la blanche, elle aime la terre inuite, son peuple, ses enfants surtout.
Elle dit la douleur de voir ce peuple dériver.
C'est un ouvrage plein d''estime et de reconnaissance des autres; autres et riches encore de ce qu'ils perdent peu à peu de leur culture.
C'est un ouvrage de mélancolie programmée, de sens perdu face aux conditions de vie qui s'imposent aux inuits, comme ailleurs.
C'est beau et triste à la fois.
Tout de délicatesse, ça dit l'amour, pour ce peuple dont on sent la profonde détresse dans tout ce qui se vit au quotidien.