Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Nathalie M.

Librairie Page 36

Nathalie M.
Frère d'âme
En stock, expédié demain 17,00 €
David Diop

Imaginez... Vous êtes arraché à votre terre, à votre culture pour aller faire la guerre, la grande dans les tranchées.
Vous êtes en première ligne, incompris de ceux qui sont devenus soldats comme vous, à subir la même violence que vous.
Voici l'histoire d'Alfa, tirailleur sénégalais qui va perdre son ami Mademba, seul soldat dont il se sentait proche.
A partir de ce moment, on entre dans la logique d'Alfa, comme transformer la violence, lui donner sens. On tente de saisir cette violence permanente et peu à peu, dans une langue poétique ( c'est toute la force de cet ouvrage ), on entre dans la folie et son cheminement intime.
Époustouflant !

Dans la forêt
En stock, expédié demain 9,90 €
Jean Hegland

Jean Hegland a publié cet ouvrage en 1996 aux Etats-Unis. On peut le lire en français depuis 2017. D'où la sensation prégnante d'anticipation.
La situation : pénurie de pétrole. Il va bien falloir s’adapter face à tout ce que cela implique dans une société qui en dépend quasiment totalement.
Deux sœurs vivent au cœur de la forêt et mettent en place des processus de survie de ce qu'elles ont appris à vivre de la nature.
Elles s'adaptent jour après jour à une situation qui ne fait qu'empirer.
Chacune s'attache aussi à continuer de pratiquer ce qui fait l'essence même de sa vie comme tenir absolument ; l'une la littérature, l'autre la danse.
Tout n'est que chocs, angoisse et réactions à l'instant présent de la perpétuelle obligation à s’adapter.
Face à l'isolement et les dangers que cela implique, chacune se découvre à la fois forte et vulnérable de ce qui surgit, s'impose, marque définitivement sa vie.
Naissent de la situation extrême une solidarité et un amour amplifiés.
Le lecteur est happé dans le tourbillon de la situation, s'y projette et se laisse emporter, voire porter de ces deux sœurs concentrées à survivre et à s'inventer.

Et pourtant elles dansent...
En stock, expédié demain 28,00 €
Vincent Djinda

C'est une bande-dessinée qui offre les témoignages de femmes qui ont quitté leurs pays de n'y pouvoir plus survivre, de la crainte d'y mourir. Elles ont fui dans des conditions inimaginables si elles n'étaient pas dites. Elles sont arrivées à Valence et ont trouvé dans l'association Femmes en Luth une écoute mais aussi un lieu d'actions pour tenter de vivre le mieux possible en France, pour tenter de trouver solutions aux problèmes et difficultés administratives que posent leurs situations.
Sobriété du dessin.
Le texte comme présence d'écoute.
Les réponses de chacune donnent à percevoir les questions.
Le silence pour que se libère la parole, pudique.
Les situations critiques, l'acharnement du destin diraient certains, les portes fermées, le rejet, et puis...la présence, l'écoute, les actions impulsées des femmes de cette association pour informer, accompagner, agir.
Les liens se tissent de faire ensemble, de la solidarité qui s'installe comme présence permanente.
Ouvrage puissant.

Floride
En stock, expédié demain 22,50 €
Lauren Groff

Un recueil de nouvelles. Le point commun ; la Floride toujours citée même si toutes les histoires ne s'y déroulent pas forcément.
Le lieu imprègne les personnages, les charge. Le lieu génère des situations dangereuses, anxiogènes ; amplification des vécus, des êtres aussi du coup.
Le lieu écrit l'histoire.
Une écriture ciselée, sans concession.
Des histoires qui tapent au coeur de ce qui crée le malaise.
À chaque nouvelle, on a hâte de l'avoir lue, mais ce n'est pas pour s'en débarrasser et passer à la suivante. C'est seulement qu'on ne sait jamais où l'auteure nous emmène. On ne peut deviner ce qui va advenir et on voudrait savoir. On craint le pire de se sentir sur le fil. C'est inconfortable. Alors, on lit comme en état d'urgence. Et ce n'est jamais tout ce qu'on peut envisager qui s'écrit des personnages denses et des situations transitoires. Ce n'est ni mieux, ni pire. C'est toujours absolument différent, riche de nuances.

Norilsk
En stock, expédié demain 7,20 €
Caryl Férey

Il faut aimer le style de Caryl Férey, celui qui a écrit le Petit éloge de l'excès.
C'est le récit d'un voyage qui se fait sur commande, celle de deux éditrices qui aimeraient lire les impressions de notre auteur punk sur cette ville immense dans le nord de la Sibérie, où la nature a foutu le camp à force de pollution rejetée par la mine de nickel. Celle-là même qui en fait ce qu'on pourrait appeler sa richesse. Enfin celle de ceux qui la possèdent, pas tellement celle de ceux qui y bossent.
Notre narrateur part donc à la découverte de ce bout du monde avec son pote La Bête, rien que son nom vous donne une idée du personnage. Ajoutons qu'il est borgne, ce qui explique en partie sa maladresse.
Bien sûr, on y boit beaucoup et pas forcément de la vodka. À Norilsk, ils sont plutôt bière, quitte à la brasser eux-mêmes. Surtout, on y parle des aspirations profondes des russes qui vivent là. On lit leurs rêves, leur façon d'exister du lieu, au-delà de la nécessité de travailler à la mine. On lit leur regard sur la politique et le monde, leur désir de paix.
On découvre les décors. On devine les lumières, les couleurs polluées, outrancières. On imagine les intérieurs décatis aux couleurs kitschs, l'architecture d'une autre époque, où Internet est à très bas débit, l'anglais perçu comme une langue absolument étrangère et incompréhensible, comme le français. Communication difficile.
Entre deux soirées arrosées, on apprend l'histoire de cette ville, de sa mine et de ses fonderies. On apprend les conditions de travail qu'on pensait d'un autre siècle, les accidents, la mortalité boostée de la pollution, de l'alcool aussi, peut-être un peu.
Une impression de fin du monde exacerbée, et la conscience pure de vivre de façon absurde. Alors, autant vivre !
Absurdité qui crée des liens, des amitiés à la vie à la mort, le temps d'un soir.
Le voyage prendra fin.
Il y aura un retour, des êtres et des images qui marquent à vie, qui restent ancrés comme parties de soi. Un avant et un après, en somme.
Un livre à part dans la bibliographie de l'auteur, une parenthèse qui dit un petit bout du monde perdu quelque part loin d'ici, aujourd'hui.