Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Lady K "http://antredeslivres.blogspot.com"

Lady K "http://antredeslivres.blogspot.com"
EbookTémoin muet (Nouvelle traduction révisée)
Indisponible sur notre site
Agatha Christie

Les accidents domestiques, ça arrive. Miss Arundell en est bien consciente. Mais lorsqu’elle chute dans les escaliers et qu’on accuse la balle du chien, elle n’y croit pas. C’est pourquoi elle se décide à contacter Hercule Poirot. Cependant, sa lettre ne parvient à son destinataire que des semaines plus tard. La pauvre malheureuse est morte entre temps d’une maladie du foie. Tout du moins, c’est la version officielle à laquelle le célèbre détective ne croit pas une seule seconde. Pour lui, la première tentative a échoué mais n’a pas découragé l’assassin qui a récidivé… et a réussi. Ainsi, Emily Arundell aurait été tuée de sang froid et il entend bien le prouver !

Hercule Poirot se met donc à enquêter discrètement avec ordre et méthode. La vieille dame était assise sur une montagne d’or et la perspective d’en hériter a pu pousser le meurtrier à agir. Mais les suspects sont nombreux. Épaulé par Hastings – bien qu’il ne soit pas d’une très grande aide – le Belge interroge l’entourage de la victime et analyse tous les mobiles possibles. Loin de se laisser berner par les petits mensonges et les mises en scène, il voit clair dans le jeu de chacun.

Qui était assez désespéré ou sans scrupules pour passer à l’acte ? Charles, le neveu au côté voyou qui attendrit les dames ; Thérèse, l’oiseau de nuit ; Miss Lawson, la vieille demoiselle de compagnie ; Bella, l’exilée désargentée ou bien son mari, le docteur Tanios, qui a toujours l’air si sombre ? En voilà un beau panier de crabes. Le petit moustachu n’est pas au bout de ses peines. Toutefois, grâce à son sens de la déduction et à ses petites cellules grises, il parvient à prouver qu’il avait raison d’y voir un meurtre et à démasquer le coupable.

En conclusion, une affaire prenante du début à la fin. La vérité se dessine petit à petit et c’est pire que tout ce qu’on pouvait imaginer…

We are young
En stock, expédié demain 18,00 €
Cat Clarke

Evan pensait qu’assister au mariage de sa mère et de Tim, un animateur radio de seconde zone, était la pire chose qui puisse lui arriver. Mais elle se trompait lourdement et va l’apprendre de la pire des manières : le soir même des noces, Tim reçoit un appel de l’hôpital qui coupe court aux festivités. Son fils, Lewis, a eu un accident de voiture et il est dans le coma. La conductrice et les autres passagers sont tous morts.

Alors qu’elle ne s’était jamais intéressée à ce futur demi-frère, Evan ressent le besoin de comprendre ce qu’il s’est passé. Pourquoi Lewis était-il dans cette voiture, enregistrée à son nom, avec des inconnus ? Où allait-il, lui qui ne sortait jamais et qui a même refusé de venir au mariage ? Qu’avait-il de mieux à faire ? Avec l’aide de son père, journaliste, l’adolescente se met à enquêter, quitte à dévoiler de sombres secrets et à faire tomber quelques masques.

Cette lecture s’est révélée être une découverte bien agréable : le récit est prenant mais surtout complet. En effet, cette fois l’histoire ne s’arrête ni prématurément, ni brutalement (ce que je reprochais à Cruelles et Confusion). On suit Evan au fil de ses recherches. Plus elle creuse, plus ce qu’elle trouve l’interpelle et lui donne envie d’en savoir plus (et nous aussi !). We are Young s’attaque à un problème de taille : le mal-être adolescent et cette sensation d’être incompris. La jeune fille découvre avec stupeur que ce fléau invisible est plus répandu qu’il n’y paraît.

En parallèle à ses investigations, la demoiselle doit faire face à de nombreuses difficultés liées à sa nouvelle situation : la vie d’une famille recomposée n’est pas toujours rose. Il faut cohabiter, s’apprivoiser… ce qui n’est pas facile. D’autant plus que sa manie de fouiner dans la vie et le passé de Lewis et de ses infortunés compagnons n’est pas du goût de tout le monde… Mais elle ne lâche rien. J’ai trouvé le personnage d’Evan très crédible et humain. Elle est consciente de ses failles, de ses erreurs et n’est pas parfaite. Ses réactions m’ont semblé plus vraies que nature.

En conclusion, malgré quelques appréhensions initiales, j’ai passé un bon moment de lecture. Cat Clarke s’empare d’un sujet fort (et encore un peu tabou) avec talent et sans pathos.

Ma petite sœur d'occasion
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 5,95 €
Éric Sanvoisin

Hugo n’en revient pas. Ses parents le trahissent de la plus horrible des manières : ils adoptent. Non, non, pas un mignon petit chiot ou un adorable hamster. Une petite fille… Rendez-vous compte ! Dès qu’il apprend la nouvelle, le garçon se braque. Il n’a pas du tout envie de partager ses parents avec une étrangère. Et que vont penser ses copains à l’école ?! Mais on ne lui laisse pas le choix. Pendant que ses parents partent en Éthiopie pour y récupérer sa future petite sœur, Hugo cogite, s’agite et sans s’en rendre compte, se fait petit à petit à l’idée d’être un grand frère.

Au départ, je n’étais pas très emballée par le sujet mais la plume d’Éric Sanvoisin est si belle et son histoire si touchante que mes appréhensions ont fondu comme neige au soleil. Contre toute attente, j’ai passé un excellent moment. Adopter un enfant, ce n’est pas rien. C’est un projet de longue haleine porté et ardemment voulu par le ou les parents qui en font la démarche. Même si ça chamboule leur vie, ils accueillent ce gros changement avec joie. Ce qui n’est pas forcément le cas des autres enfants de la famille – s’il y en a.

C’est à ce délicat sujet que s’attaque l’auteur en mettant le lecteur dans la peau d’Hugo, ce fils unique qui va devenir grand frère et qui voit du jour au lendemain tout son équilibre familial changer. C’est un garçon intelligent qui – une fois la surprise et le choc de l’annonce passés – s’interroge et fait un gros travail sur lui-même. Il faut dire que, là où les autres ont généralement 9 mois pour se préparer, lui n’a que 15 jours !

En conclusion, une très belle histoire. L’auteur y explore avec beaucoup de crédibilité et d’humanité les conséquences émotionnelles qu’une adoption peut avoir sur les enfants naturels d’un couple qui décide de franchir le pas et d’adopter.

Qui veut le coeur d'Artie Show ?
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 5,95 €
Emmanuel Tredez

Un fou de l’amour sévit au collège. Sa méthode n’est pas banale. Lorsqu’il a un coup de foudre pour une demoiselle, il le fait savoir en lui faisant discrètement parvenir une enveloppe contenant un poème écrit sur-mesure qu’il signe du pseudonyme « Artie Show ». Le problème, c’est qu’il semble changer d’avis comme de chemise et les lettres anonymes se multiplient.

Une affaire en or pour l’équipe du Condor, le tout nouveau journal du collège. Les journalistes en herbe sautent sur l’occasion et commencent à enquêter, bien décidés à démasquer le serial lover. Les spéculations vont bon train, ils explorent toutes les pistes possibles… et ils ne sont pas au bout de leurs surprises !

Ce que j’aime avec Emmanuel Trédez, c’est qu’il livre toujours des histoires abouties pleines d’humour. Ce petit roman est drôle du début à la fin, sans aucune lourdeur. De plus, l’auteur a l’art de jouer avec les mots. En effet, c’est un vrai virtuose qui ne laisse rien au hasard.

En conclusion, "Qui veut le cœur d’Artie Show ?" n’est peut-être pas une enquête transcendante (on devine sans mal et assez vite l’identité du serial lover) mais cette lecture est drôle et rafraîchissante !

Mers Mortes
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 17,90 €
Aurélie Wellenstein

Incapable d’entendre les avertissements lancés par la Nature, la race humaine a continué ses exactions, jusqu’à l’épuisement total des mers et des océans. Tous les animaux marins sont morts, massacrés par les humains ou victimes de l’évaporation de l’eau. La Terre n’est plus qu’une boule frappée par la sécheresse où les hommes tentent de survivre au manque d’eau, de nourriture… mais surtout aux marées fantômes remplies de spectres d’animaux marins revenus d’entre les morts pour se venger et déchiqueter quelques âmes humaines.

Le seul moyen d’y échapper, c’est d’être sous la protection d’un exorciste. En raison de leur pouvoir, ils sont très recherchés. Oural est l’un d’entre eux. Il protège son bastion, prenant très au sérieux son rôle. Choyé et traité comme un seigneur en raison de son Don, il n’a aucune idée de ce qui se passe dans le « vrai » monde… jusqu’à ce qu’un équipage de pirates le kidnappe et l’emmène de force dans leur périple.

Aux côtés de Bengale et de sa bande atypique, il va découvrir l’ampleur des dégâts et ouvrir les yeux. Bien protégé dans sa petite forteresse, il n’avait pas idée des horreurs perpétrées dans le monde. C’est à travers ses yeux qu’on découvre cet univers post-apocalyptique. Et autant vous dire que cela fait bien réfléchir car on n’a pas du tout envie que cela arrive ! Porté par une écriture vive et des mots percutants, ce roman est une vraie claque qui nous met face à nos responsabilités. Par ailleurs, certains passages sont extrêmement durs (et malheureusement véridiques) mais nécessaires à l’histoire. Seul bémol pour moi, une pseudo-romance qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe…

En conclusion, "Mers mortes" est un roman fort qui tire la sonnette d’alarme et tente de faire passer un message écologique. Prions pour qu’il soit entendu avant qu’il ne soit trop tard… car le monde d’Oural et Bengale ne fait pas rêver…