Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Elizabeth P.

Elizabeth P.
Fugues
En stock, expédié demain 19,00 €
Arthur H

Installé dans sa roulotte, Arthur H s’attelle au difficile déchiffrage de "L’art de la fugue", de Bach.
Une lueur étrange apparaît, se précise, c’est Bach lui-même qui entreprend un dialogue avec Arthur. Apparition qui reviendra plusieurs fois.
Complètement savoureux ces dialogues ! Toute la fantaisie d’Arthur H.
Et dans ces conversations, on parle de fugues. Celles de Bach, bien sûr, mais aussi celle de Nicole, la maman d’Arthur, le jour de ses 18 ans. Et celle d’Arthur, à 15 ans.
L’auteur se livre complètement, raconte par le menu ces fugues familiales.
Et là, il le fait très sérieusement.
En même temps il rend un hommage plein d’amour à sa mère, la « boxeuse amoureuse ».
J’adore Arthur H.
Sa sensibilité, sa fragilité, sa folie, sa profondeur, son humour, son immense talent musical, sa voix sensuelle.
Chaque moment passé à l’écouter est un véritable moment de bonheur.
Le voir sur scène, je ne trouve même pas les mots pour expliquer l’émotion que ça procure.
Le lire, encore un autre privilège.
Arthur H, comme Barbara fait partie de ma vie. Je ne pourrais pas m’en passer.

Image manquante
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 15,00 €
Yuio

Voilà un album de BD qui apprend à faire des BD.
On y apprend d’abord à faire un visage, puis des mains, des pieds…..
Viennent ensuite des conseils sur la couleur, la perspective, la typo…..
Apprendre est un bien grand mot car les dessins et les textes sont si fouillis qu’on a du mal à s’y retrouver.
Ma première impression est que cela est assez compact, brouillon, sans respiration.
De plus, je n’ai pas trouvé les dessins particulièrement beaux. Tous les personnages ont des becs de canard, les couleurs sont assez sombres.
Mon avis est certainement faussé par le fait que je ne suis pas une grande fan de BD
J’ai passé le livre à ma petite fille qui fait option arts au lycée. Peut-être sera-t-elle plus lucide et indulgente que moi, et peut-être que sa critique sera plus positive.

La Langue géniale, 9 bonnes raisons d'aimer le grec
En stock, expédié demain 7,40 €
Andrea Marcolongo

C’est l’histoire d’une passion.
Une passion qui dure depuis l’enfance.
La passion de l’auteur pour le grec ancien.

Elle fait le parallèle entre nos langues et le grec ancien.
Chez nous, la notion de temps est toujours représentée.
Chez les grecs, c’est la notion du comment.
Le grec ancien est influencé par la langue indo-européenne qui a disparu.

Après un début très accessible, tout devient plus pointu et donc plus ardu à lire.
On notera cependant certaines notions, comme l’appauvrissement de la langue. Avec entre autres la disparition du mode optatif.
L’auteur prodigue conseils et encouragements pour aborder l’étude du grec ancien de manière positive.
L’étude de cette langue, dit-elle, ouvre l’esprit et permet de se connaitre soi-même.
C’est une étude très complète sur l’origine, la complexité, l’évolution, voire la disparition d’une langue.

La danse du temps
En stock, expédié demain 20,00 €
Anne Tyler

Ouf ! Pas mécontente d’avoir terminé. C’était vraiment long.
C’est l’histoire de Willa. À 11 ans, puis à 20 ans, puis à 40 ans et enfin à 60 ans.
« La danse du temps », ça aurait pu s’appeler « Des sauts dans le temps »
Elle n’est pas antipathique Willa. À 11 ans, elle était même assez déterminée.
Et puis, à 20 ans, elle rencontre son mari, abandonne ses études, fait 2 enfants.
À 40 ans, son mari meurt. Etc.
Elle est gentille comme son père. Subit sa vie plus qu’elle ne la choisit.
Elle n’est pas antipathique, d’accord, mais sa vie est plutôt lassante.
L’écriture n’a rien d’originale, le style est plutôt plat.
C’est une vie américaine, que j’oublierai bien vite et qui ne m’a pas apporté grand-chose.

Une vieille colère
En stock, expédié demain 18,00 €
Michel Maisonneuve

Daniel, 16 ans, souffre d’un problème cardiaque. Il n’apprécie guère son beau-père, à tendance alcoolique, mais est très proche de ses grands-parents, en particulier de Joseph Viterbo, son grand-père atteint d’un cancer avancé.
Il lui rend souvent visite à l’hôpital, et y dort parfois pour lui tenir compagnie.
Un jour, son grand-père affirme s’appeler Dellacroce et non Viterbo.
Daniel pense qu’il commence à perdre la tête, mais troublé, il commence à enquêter sur son passé et va de découverte en découverte, jusqu’à se perdre lui-même.
Les personnages sont très forts, de la mère déçue par la vie à la grand-mère, pilier de la famille, au grand-père, force de la nature, à Daniel, adolescent un peu paumé qui se raccroche contre vents et marées au passé de son grand-père.
J'ai adoré les expressions italiennes qui émaillent le récit : Me ne frego, stronzo, figlio di putana, camicie nere...
Même si l’histoire du fascisme italien est connue, on y découvre ici des détails pointus et on y entre avec les familles Dellacroce, Letto, Zattini…..
J’ai trouvé ce roman magnifique, puissant, humain.
La force des relations avec les grands-parents, les secrets de famille, les drames engendrés par les guerres, la fragilité de l’adolescence… Que de sujets traités et maitrisés !
Un livre que je n’oublierai pas, c’est sûr.