Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

Elizabeth P.

Elizabeth P.
La petite fille sur la banquise
En stock, expédié aujourd'hui 7,40 €
Adelaïde Bon

L’auteur mêle le « elle » et le « je »dans ce récit d’une grande intensité.
C’est un texte autobiographique qui commence lorsqu’elle a neuf ans et se fait violer dans l’escalier de son immeuble.
S’ensuit alors une vie brisée. Boulimie, angoisses, paniques, thérapies diverses….. Vie gâchée, vie salie à jamais.
C’est poignant, émouvant, désolant.
Adélaïde Bon se livre totalement, sans retenue.
Quand on pense au nombre d’enfants victimes de pédocriminels, on se dit que ce livre devrait être étudié par les policiers, les magistrats, les experts. toutes les personnes chargées de prendre en charge les enfants abusés.
L’auteur analyse de façon extraordinairement précise les étapes de destruction qui suivent le viol.
Les années passées à combattre, à se combattre.
Et tout cela dans un style excellent, avec une écriture qui percute.
Adelaïde Bon a certainement du beaucoup prendre sur elle-même pour produire ce livre remarquable qui, je pense pourra aider toutes les victimes de pédophiles.

Le berceau
En stock, expédié aujourd'hui 19,00 €
Fanny Chesnel

Emmanuel et Béranger, un couple d’homosexuels en mal d’enfant, ont recours à une mère porteuse au Canada.
Malheureusement, lors d’un voyage, leur avion disparaît en mer.
Joseph le père d’Emmanuel quitte sa Normandie pour se rendre au Canada à la recherche de la mère porteuse.
Le temps m’a semblé très long à cette lecture !
L’histoire n’est pas inintéressante, mais mon enthousiasme était constamment freiné.
Trop de phrases, trop de détails, trop de clichés.
Certaines belles tournures, d’autres trop convenues.
Un texte sans respiration où le lecteur peine à reprendre son souffle.
Et puis, agaçant aussi cette manière de toujours nommer Joseph de manière différente : le normand, le manchot, le français, l’agriculteur, Nachu, le Bichon, le retraité, l’ancien éleveur, le Contentinois……..
Bref, mon sentiment est plus que mitigé.

Le Ciel sous nos pas
En stock, expédié aujourd'hui 17,00 €
Leïla Bahsaïn-Monnier

Quelle écriture originale et intelligente !
Une jeune marocaine raconte sa jeunesse à Marrakech.
Tout y est. Les odeurs, les couleurs, les mœurs….
Le style est percutant, insolent.
La deuxième parie, c’est sa vie à Paris. Après le décès de sa « mère officielle », elle part habiter chez sa sœur dans un F3 de la banlieue parisienne.
Là, c’est plus difficile, le racisme ambiant, la radicalisation de sa sœur et de son beau-frère, la déception...
Ҫa sent le vécu. Les souvenirs de l’auteur sont au service de cette fiction très réaliste, très contemporaine.
C’est un livre sur les femmes, sur l’émancipation, sur le monde moderne.
Leïle Bahsaïn a un réel talent d’écrivain.

Un cadenas sur le coeur
En stock, expédié aujourd'hui 19,00 €
Laurence Teper

Oh là là ! Quel début fouillis et pénible !
Entre les familles Meunier et Coquillaud, c’est un vrai vaudeville.
Le nom de l’un ou de l’autre est cité toutes les trois lignes, et on finit par s’y emmêler.
Heureusement, à l’acte II, les filles sont devenues adultes, le ton change, et là, ça devient moins méli-mélo.
Claire Meunier se débat dans sa quête de vérité sur ses origines.
Je l’ai trouvée un peu trop sage et docile, comme son père.
Je ne regrette finalement pas d’avoir dépassé l’acte I, bien qu’en ayant été plusieurs fois tentée.
La suite est plus agréable.
Claire est attendrissante malgré ou plutôt grâce à ses faiblesses.
Bref, une histoire de famille assez lourde.
Passons à autre chose.

Le Vent reprend ses tours
En stock, expédié aujourd'hui 19,00 €
Sylvie Germain

Un petit garçon et un musicien de rue qui joue aussi avec les mots se rencontrent.
« Une chimère homme-oiseau », c’est ainsi que l’homme apparaît à l’enfant.
Ensemble ils arpentent les rues de Paris.
L’homme raconte à l’enfant les plaques, les inscriptions, la vie de Paris.
Quelques années de bonheur pour l’un comme pour l’autre, suivies d’une séparation brutale.
L’enfant devenu adulte ne s’en remettra jamais.

Encore une belle histoire de Sylvie Germain, et surtout, de magnifiques personnages.
Avec son talent habituel, elle crée une ambiance subtile, des relations extraordinaires, des situations improbables.
Et comme à chaque fois, la magie opère.
On est sous le charme de l’écriture, de l’histoire, de ces êtres inventés.
Nathan, Gavril... ils restent là, bien présents, longtemps après la dernière page tournée.