Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Avis de lecteur

o n l a l u

o n  l a  l u
Igor Et Souky En Classe De Mer
En stock, expédié demain 11,00 €
BAFFERT/BONINI

Centre des Pierres Bleues, Bretagne : c’est là que les deux classes de
primaire d’Igor et Souky passent une semaine. D’emblée l’on sent que cette
classe de mer en faisait rêver plus d’un : à la sortie du car, tous s’élancent
vers la plage. Tous ? Hormis Zafo. Igor, le narrateur, évoque d’ailleurs ce
petit garçon rêveur avec des mots acerbes – « il fait toujours une tête de
bulot » -, critiquant sa solitude et son étrangeté. Forcés de partager sa
chambre avec lui, Igor et ses amis se moquent de son comportement : au lieu de
rire ou de déballer ses affaires, il reste sur son lit, à regarder dehors.

Le premier jour, Marc, le maître d’école, emmène les enfants sur la côte ; il
leur parle de la dune et de ses évolutions. Mais sur la grève, les détritus
sont nombreux : des sacs plastiques, surtout, jonchent le cadre naturel ; Igor
et Souky ne peuvent y être indifférents. Et au fil de la semaine, alors que
les apprentissages sur la mer et ses secrets se multiplient – les marées, le
cycle de l’eau, détaillés dans l’album comme autant de leçons pour le lecteur
-, un événement majeur vient interrompre l’atmosphère paisible du voyage
scolaire : un cachalot s’est échoué sur le sable.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

East Village Blues
En stock, expédié demain 21,00 €
Chantal Thomas

L’auteure des « Adieux à la reine » poursuit avec ce récit la veine
autobiographique présente dans « Souvenirs de la marée basse ». La petite
fille d’Arcachon est devenue l’étudiante amoureuse de New York, plus
particulièrement de l’East Village, un quartier de Manhattan. En 2017, elle y
fait un pèlerinage, faisant surgir, tel Proust trébuchant sur un pavé, tout un
monde disparu : celui de la Beat Generation et des poètes dont les fantômes
hantent les lieux.

A la fin des années 1970, un vent de liberté souffle dans les rues malfamées
de l’East Village peuplées d’ouvriers, de petits artisans et d’immigrés
d’Europe de l’Est auxquels s’ajoute une bohème d’étudiants sans le sou et
d’artistes autoproclamés. A son arrivée à l’été 1976 après la soutenance de sa
thèse, l’auteure loge chez une habitante qui la met en garde contre la
violence du quartier. Mais Chantal Thomas n’est pas du genre impressionnable,
et se fond avec jubilation au cœur de la grosse pomme qui « réunit ces deux
qualités normalement séparées : vous inonder chaque matin de la clarté d’un
commencement, frémir d’une énergie diurne infatigable _et_ ne jamais se
coucher, procurer aux insomniaques, à toute heure de la nuit, le réconfort
d’une présence réelle ».

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Flâneuse, Reconquérir la ville pas à pas
En stock, expédié demain 23,00 €
Lauren Elkin

[**Catherine Fruchon Toussaint (RFI) a aimé " Flâneuse " de Lauren Elkin et
elle nous dit pourquoi**](https://www.onlalu.com/2019/06/12/catherine-fruchon-
toussaint-flaneuse-elkin-44521)

**" Flâneuse " de Lauren Elkin
est le coup de coeur de la librairie  Tropismes à Bruxelles
[dans notre  q u o i  l i r e ? #66](https://www.onlalu.com/2019/04/09/quoi-
lire-66-coup-de-coeur-libraire-41829)**

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Mrs Hemingway
En stock, expédié demain 7,90 €
Naomi Wood

Ernest Hemingway aimait, dans le désordre, Paris, la chasse, la littérature,
la guerre, les taureaux… et les femmes. Ce séducteur en série fut marié quatre
fois. Les épouses se passaient le témoin dans une course de fond qui
consistait à honorer, protéger et soutenir le grand homme. La première,
Hadley, partagea le temps des vaches maigres (mais heureuses) à Paris et
veilla toujours sur lui, même lorsqu’il la quitta pour Pauline Pfeiffer,
probablement celle qui l’aima le plus passionnément. Celle-ci le délesta aussi
de tout souci financier puisqu’elle était riche. Il put alors écrire
sereinement. Martha Gellhorn, qu’il connut en pleine guerre d’Espagne, lui
ressemblait en de nombreux points. Baroudeuse, infidèle, libre, elle fut la
seule à le quitter. Mais peu importe, car il avait déjà dans sa ligne de mire
Mary Welsh, journaliste elle aussi, qui l’accompagna jusqu’à sa mort. Avec «
Mrs Hemingway » (toutes furent fières de porter ce nom), Naomi Wood signe le
portrait-kaléidoscope édifiant et original de ce mufle génial.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Image manquante
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
OLIVIER BEETSCHEN

Voilà un roman qui pourrait bien être un éthno-polar helvétique.

Une tête décapitée est découverte au bord de la Sarine, la rivière qui
traverse la Basse-Ville de Fribourg. La sauvagerie du crime rappelle les
méthodes d’un trafiquant de drogue dont la cruauté a défrayé la chronique. Le
fameux Albinos est-il de retour? L’enquête est confiée à René Sulic,
fraîchement écarté de la brigade des Stups pour cause de bavures. Ce colosse
de deux mètres, ancien hockeyeur au sourire candide, sera accompagné par
l’expérimenté Verdon qui aura pour tâche de tempérer ses ardeurs.

Au cours de ses investigations, l’inspecteur René Sulic rencontre une jeune
universitaire retirée au fond du Jaunpass, une vallée étroite de la Gruyère.
Elle se nomme Edwige, et entretient une étrange familiarité avec les loups. Un
jour, elle lui fait découvrir un énigmatique récit à quatre mains, la légende
des Griffons Rouges, qui retrace les aventures des combattants partis de
Fribourg pour participer à la bataille de Morat.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u