Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Perfidia
Prix public : 24,00 €
Perfidia
Rivages
Résumé
Perfidia inaugure le second Quatuor de Los Angeles, prélude au premier, encore plus ambitieux et qui reprend ses personnages devenus célébrissimes à l'époque de leur jeunesse. « C'est mon roman le plus ample, le plus détaillé sur le plan historique, le plus accessible sur le plan stylistique, et aussi le plus intime. Plaintif, mélancolique, il plonge dans la trahison morale de l'Amérique au début de la Seconde Guerre mondiale, avec l'internement de ses citoyens d'origine japonaise. Une histoire épique et populaire de Los Angeles en décembre 1941. Ce sera du jamais-vu », promet Ellroy.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages (06/05/2015)
  • Collection : RIVAGES
  • Nombre de pages : 735
  • ISBN: 978-2-7436-3258-8
James Ellroy (Auteur) a également contribué aux livres…
La Tempête qui vient La Tempête qui vient James Ellroy
En stock 24,50 €
Lire la suite
Le Dahlia noir Le Dahlia noir James Ellroy
En stock 10,70 €
Lire la suite
White jazz White jazz James Ellroy
En stock 10,70 €
Lire la suite
Perfidia (Anglais) Perfidia (Anglais) James Ellroy
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Extorsion Extorsion James Ellroy
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Le dahlia noir Le dahlia noir Matz, David Fincher
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Florian S. image du profil
(Fontaine Auteuil)

Comme toujours avec Ellroy, c’est un crime que de devoir résumer un roman-fleuve aussi complexe et intense. "Perfidia", premier tome d’un nouveau "Quatuor de Los Angeles" précédant l’ancien, sert de préquelle au Dalhia noir et à ce qui s’en suit, on y retrouve Bleichert, Blanchard, Kay, Dudley et les autres, on retrouve l’ambiance, l’alcool, la corruption, les prostituées, les manipulations, les trahisons, les désespoirs, l’humanité qui n’en est plus. A ceci près que le cadre a tout pour nous mettre face à notre potentiel d’autodestruction. Nous sommes en décembre 1941, et les japonais viennent de bombarder Pearl Harbour. Ebullition, galvanisation, mobilisation, rixes à Little Tokyo, matraquage, haine collective et dans tout ça un meurtre, celui d’une famille japonaise, que l’on a aidée à se faire seppuku la veille du terrible évènement national. Parmi les enquêteurs, Hideo, japonais, tente de survivre à sa condition de paria malgré lui pour prouver qu’il est indispensable au LAPD.

Ellroy est un monstre littéraire à bien des niveaux, créant une intrigue multiple et complexe qui en plus, recoupe les informations du déjà très dense "Quatuor de Los Angeles" originel. C’est surtout un génie de la narration qui nous angoisse grâce à son style haché qui fait d’un roman de cette taille un page-turner que l’on regrette de ne pouvoir lire encore plus vite. Mais on ne le dira jamais assez, il n’y a pas de mots suffisamment forts pour décrire "Perfidia" d’Ellroy.

o n  l a  l u image du profil

A chaque livre James Ellroy affiche l'ambition de se surpasser. Avec " Perfidia ", il ouvre ainsi un nouveau quatuor de Los Angeles censé déboucher sur le premier, comme un " prequel " à l'emblématique " Dahlia noir ". A la manière d'un peintre qui travaillerait les esquisses d'un chef-d'oeuvre déjà créé, il y réintroduit, plus jeunes, certains personnages de son roman le plus célèbre.

“Perfidia” est construit comme un pur policier. L'Amérique est à la veille de son entrée en guerre. Dans l'atmosphère électrique de Los Angeles, appelé pour un tapage nocturne, le sergent Dudley Smith découvre un couple de Japonais et leurs deux enfants tués à l'arme blanche. Lorsque, le lendemain, 7 décembre 1941, l'aviation nippone bombarde la base US de Pearl Harbor, dans le Pacifique, sa hiérarchie voit dans ce crime une aubaine : en l'élucidant, les autorités se dédouaneront des sanctions qui vont inévitablement frapper les Japonais de Californie.

Qui a liquidé la famille Watanabe ? Trois flics entament l'enquête de terrain: indices, indics, planques. Mais " Perfidia " n'a rien d'un classique " whodunnit " (" qui a fait le coup " ?), d'une banale énigme criminelle. On est chez Ellroy. Ses héros se nourrissent de l'outrance. Smith le ripou opiomane veut une vérité qui serve ses intérêts. Parker le croisé alcoolique est rongé d'ambition. Entre les deux navigue le surdoué Ashida, fils d'immigrés japonais, secrètement homo, qui veut protéger les siens de la répression. Les trois s'épient, s'allient ou se piègent au gré des circonstances, des découvertes ou des rencontres.

Des femmes leur apportent – on est chez Ellroy - des instants de paix ou l'espoir d'une rédemption. Créatures fictives comme la gauchiste Claire De Haven (vue dans " Le grand Nulle part ") ou l'aventurière Kay Lake (" Le Dahlia Noir "). Figures réélles comme les actrices Bette Davis et Joan Crawford, que l'auteur prend un malin plaisir à précipiter dans le lit de ses flics névrosés. La guerre brouille les repères, exacerbe tous les travers, abolit les codes, nous dit-il. Les plus voraces sont insatiables, les faibles encore plus vulnérables.

Dans ce bouillonnement de calculs et de coups tordus, dans ce flux de monologues intérieurs et de dialogues tranchants comme des rasoirs, identifier un ou des coupables relève de l'exploit pour le lecteur. L'auteur s'est certes apaisé depuis ses divagations de " White Jazz " (1991) ou " American Death Trip " (2001), il propose même une liste des personnages à la fin de l'ouvrage pour s'y retrouver. Mais son style syncopé, d'une formidable densité, et la masse d'informations qui dessinent le cheminement des protagonistes dissuadent de jouer au petit détective.

Lui seul sait où il va, des détails à la vision d'ensemble, guidé par une puissance de travail que l'on devine phénoménale. Pour aborder ce roman ambitieux et complexe, mieux vaut donc se laisser  porter par le torrent hypnotique du récit. A moins que  l'on préfère se caler sur un des personnages principaux et goûter la tonalité particulière qu'il apporte à la vision globale. Autant qu'un polar, " Perfidia " est une vision personnelle, subjective, parfois hallucinée, d'un moment d'Histoire. Ellroy l'a imaginé comme Picasso son " Guernica "...

[Lire notre entretien avec James Ellroy](http://www.onlalu.com/site/ellroy- perfidia-lemaire-onlalu/)

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

+ donner votre avis