Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Mudwoman
24,00 €
Mudwoman
Traduit par
Philippe Rey
Résumé
Abandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire.

Devenue Meredith « M.R. » Neukirchen, première femme présidente d’une université de grand renom, Mudgirl, brillante et irréprochable, fait preuve d’un dévouement total à l’égard de sa carrière et d’une ferveur morale intense quant à son rôle. Mais précisément épuisée par la conception d’une rigidité excessive qu’elle a des devoirs de sa charge, tourmentée par ses relations mal définies avec un amant secret et fuyant, inquiète de la crise grandissante que traverse les États-Unis à la veille d’une guerre avec l’Iraq (crise qui la contraint à s’engager sur un terrain politique dangereux) et confrontée à la classique malveillance sournoise des milieux académiques, M.R. se retrouve face à des défis qui la rongent de manière imprévisible.

Un voyage sur les lieux qui l’ont vue naître, censé lui rendre un peu de l’équilibre qui lui échappe, va au contraire la jeter dans une terrifiante collision psychique avec son enfance et menacer de l’engloutir une fois encore, mais dans la folie.

Cette impitoyable exploration des fantômes du passé, doublée du portrait intime d’une femme ayant percé le plafond de verre à un coût gigantesque, fait de ce livre ainsi que l’a proclamé la critique, « un géant parmi les grands romans de Oates ».
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Philippe Rey (03/10/2013)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Nombre de pages : 576
  • ISBN: 978-2-84876-360-6
Joyce Carol Oates (Auteur) a également contribué aux livres…
Un livre de martyrs américains Un livre de martyrs américains Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 25,00 €
Lire la suite
Nulle et Grande Gueule Nulle et Grande Gueule Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 8,15 €
Lire la suite
Sexy Sexy Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 7,40 €
Lire la suite
Paysage perdu Paysage perdu Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 8,20 €
Lire la suite
Mudwoman Mudwoman Joyce Carol Oates
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 11,90 €
Lire la suite
Paysage perdu Paysage perdu Joyce Carol Oates
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 24,00 €
Lire la suite
Claude Seban (Traduction) a également contribué aux livres…
Un livre de martyrs américains Un livre de martyrs américains Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 25,00 €
Lire la suite
Nulle et Grande Gueule Nulle et Grande Gueule Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 8,15 €
Lire la suite
Je vous emmène Je vous emmène Joyce Carol Oates
En stock, expédié demain 7,80 €
Lire la suite
Petit oiseau du ciel Petit oiseau du ciel Joyce Carol Oates
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,30 €
Lire la suite
Cher époux Cher époux Joyce Carol Oates
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Lire la suite
Le musée du Dr Moses / histoires de mystère et de suspense, histoires de mystère et de suspense Le musée du Dr Moses ... Joyce Carol Oates
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,20 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Claire A. image du profil
(Fontaine Victor Hugo)

Dans les années 60 au fin fond des marais de L’Adirondacks Mudgirl -littéralement femme de la boue- est abandonnée par sa mère et recueillie par une modeste famille de quackers.
40 ans plus tard, Mudgirl ou M.R. est devenue une femme respectée et respectable aux yeux de tous. Établie dans sa vie professionnelle en tant que présidente de son université, amoureuse d’un homme indisponible mais important, son passé refait subitement surface et cette résurgence imprévue va faire basculer tout l’équilibre de vie qu’elle croyait s’être construit.

Eimelle image du profil

Le destin de cette femme, son enfance tragique, son accession au pouvoir, et ses fêlures qui réapparaissent, m'a embarqué.
Guérit-on jamais de son enfance? C'est ce que semble dire la façade, une apparence sûre d'elle, une réussite professionnelle éclatante, mais à l'intérieur, les fissures sont profondes et ne demandent qu'à se rouvrir.

Un monde universitaire pas très rose (et la question de la place des femmes), les conflits, les manipulations, des portraits parfaitement croqués, tant de ces universitaires que de l'entourage de la petite fille qu'elle a été, pour nous livrer ascension et chute de cette "Mudwoman".

Les titres des chapitres et certains épisodes (cauchemars) ou personnage (le roi des corbeaux) nous plongent dans le monde des contes... dans toute leur noirceur...
bref, séduite à nouveau par la plume de JC Oates!

o n  l a  l u image du profil

J’avais coupé mon téléphone. Enfoui dans un coin de mon cerveau un tas de choses très urgentes, renoncé momentanément à la position verticale. Armée d’une théière isotherme et d’une paire de chaussettes de ski, en pilote automatique entre le lit et le canapé, j’ai passé un week-end avec Joyce Carol Oates. À chacun de ses livres (ici, un roman + un recueil de nouvelles) se produit le même sortilège. Je ne crois pas qu’on puisse « lire » Oates : je pense qu’elle nous happe, qu’elle nous broie. Ses livres exigent de nous que l’on se mette entre parenthèses…. mais quel délicieux assujettissement.

« Mudwoman » raconte l’histoire de Meredith, brillante philosophe et première directrice femme d’une des plus prestigieuses universités de l’Ivy League. La quarantaine passée, célibataire (= en relation depuis vingt ans avec un homme marié), physique singulier mais intelligence remarquable, Meredith mène une carrière fulgurante. Pourtant, alors que tout semble la pousser à poursuivre son ascension, son passé vient la percuter comme un boomerang. Et il y a de quoi faire mal : âgée de trois ans à peine, Meredith a été abandonnée par sa mère aliénée mentale, qui l’a jetée dans un marécage. La petite a été retrouvée in extremis, placée dans un foyer d’accueil puis adoptée par un couple de Quakers aimants et intelligents. Toute sa vie, elle est allée de l’avant, s’efforçant d’aimer ses parents adoptifs, de réussir à l’école, de sourire en toute occasion, d’être une professeure dévouée, puis une directrice progressiste et exemplaire. Mais Meredith n’a plus la force, elle sombre et inquiète les membres de son administration : il est temps pour elle d’affronter « Mudgirl ». Le roman nous entraîne dans un sombre et fascinant va-et-vient entre les différents chapitres de son existence, entre la boue et les sommets de la gloire. Un va-et-vient qui dévoile les secrets et écorne les images, qui creuse au plus profond des souvenirs.

Dans « Mudwoman », Oates retourne à ses sujets fétiches (à vrai dire, s’en était-elle jamais éloignée ?) : les mères dévoratrices, la violence des rapports hommes-femmes, le glissement vers la maladie mentale, et la – possibilité de – rédemption. À ses univers familiers, aussi : les ambiances feutrées des grandes universités américaines, les tensions post-11 septembre et les déchirements autour de la guerre en Irak.

Dans [« Cher Époux »,](http://www.onlalu.com/site/ouvrages/cher-epoux-joyce- carol-oates/) le savoureux recueil de nouvelles que les Éditions Philippe Rey publient en même temps que « Mudwoman », on retrouve, éparpillé, un peu de tout cela, avec une note de violence encore plus assumée, ainsi qu’une place de premier plan pour les conflits de classes. En lisant ces nouvelles magistralement construites, à la férocité corrosive, on découvre que la reine du roman-fleuve  excelle aussi dans le très court.

À un moment de « Mudwoman », la mère adoptive de Meredith, bibliothécaire, dit à sa fillette apeurée : « dans les livres, on est en sécurité ». On ne peut pas imaginer de meilleure définition au hold-up littéraire que renouvelle pour la énième fois la Déesse des lettres américaines. Car il y a beau être question de folie et de pulsions morbides, d’abandon maternel et d’intense solitude, avec les histoires de Joyce Carol Oates, le lecteur ne cesse jamais d’être « entre de bonnes mains ». Parce que l’écriture de Joyce Carol Oates est d’une humanité absolue. Quelle que soit l’horreur, la lumière est toujours au bout du tunnel, les personnages trouvent toujours une ressource en eux, qu’ils sont libres d’exploiter ou non, mais qui les garantit contre la facilité de la tragédie ou du manichéisme. La subtilité inouïe de Joyce Carol Oates, son génie de la psychologie, son écriture du ressassement, qui accède par d’infinies touches à toute la complexité d’un personnage, atomise le champ du romanesque. Joyce Carol Oates n’est pas seulement une immense romancière, elle est aussi la plus grande prêtresse de la liberté.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

+ donner votre avis