Dans un réseau de 8 librairies indépendantes, choisissez en un clic votre librairie Fontaine :



PARTAGER
Date de publication
Éditeur
Sabine Wespieser Éditeur
Collection
Littérature
Nombre de pages
208
EAN13
9782848054568
ISBN
978-2-84805-456-8
SA PRÉFÉRÉE
De SARAH JOLLIEN-FARDEL
Sabine Wespieser Éditeur
20,00
Présentation
Dans ce village haut perché des montagnes valaisannes, tout se sait, et personne ne dit rien. Jeanne, la narratrice, apprend tôt à esquiver la brutalité perverse de son père. Si sa mère et sa sœur se résignent aux coups et à la déferlante des mots orduriers, elle lui tient tête. Un jour, pour une réponse péremptoire prononcée avec l’assurance de ses huit ans, il la tabasse. Convaincue que le médecin du village, appelé à son chevet, va mettre fin au cauchemar, elle est sidérée par son silence. Dès lors, la haine de son père et le dégoût face à tant de lâcheté vont servir de viatique à Jeanne. À l’École normale d’instituteurs de Sion, elle vit cinq années de répit. Mais le suicide de sa sœur agit comme une insoutenable réplique de la violence fondatrice. Réfugiée à Lausanne, la jeune femme, que le moindre bruit fait toujours sursauter, trouve enfin une forme d’apaisement. Le plaisir de nager dans le lac Léman est le seul qu’elle s’accorde. Habitée par sa rage d’oublier et de vivre, elle se laisse pourtant approcher par un cercle d’êtres bienveillants que sa sauvagerie n’effraie pas, s’essayant même à une vie amoureuse. Dans une langue âpre, syncopée, Sarah Jollien-Fardel dit avec force le prix à payer pour cette émancipation à marche forcée. Car le passé inlassablement s’invite. Sa préférée est un roman puissant sur l’appartenance à une terre natale, où Jeanne n’aura de cesse de revenir, aimantée par son amour pour sa mère et la culpabilité de n’avoir su la protéger de son destin.
Le mot du libraire
2 septembre 2022

C’est un premier roman magnifique, une lecture coup de poing qui nous laisse sans voix quand on le referme. C’est le récit d’une colère qui malgré les ans ne s’efface pas, ne s’atténue pas, une plongée crue, âpre d’une enfance volée et sacrifiée sur l’hôtel de la violence, un regard sur l’indifférence et la lâcheté des adultes qui préfèrent détourner l'attention plutôt que de sauver des enfants.

18 août 2022

Une belle nouvelle plume qui déploie une poésie de la haine et du chagrin.

Depuis son enfance, Jeanne s’est construite dans une intranquillité destructrice, à cause d’un père violent et violeur qui terrorise la famille. Elle a survécu à cette ambiance traumatique en fuyant le Valais, en poursuivant ses études à Lausanne pour devenir institutrice. Très vite elle renonce à sa vocation première pour embrasser le domaine de la publicité. Partagée entre une attirance pour deux femmes et un coup de cœur pour un collègue, Jeanne, cynique, désabusée et méfiante est assez rusée pour ne jamais s’investir dans ses relations. Elle s’acharne à répudier un passé qui ne cesse de revenir et tente de se délivrer en vain de ses obsessions familiales. Elle est en guerre depuis toujours contre la lâcheté des adultes qui savent et se taisent. A force d’orgueil, de fierté et de rage, elle se construit une identité, incapable de pardon et tente de se défaire des frusques puantes de son enfance et de son attachement au lieu de son enfance vers lequel elle ne cesse de revenir. Un premier roman d’émancipation, maîtrisé de bout en bout, dans la veine de la littérature des enfances blessées qui forgent des caractères, des trajectoires et des âmes en déshérence. Dans un style brut, l’auteure déploie habilement une poésie de la haine et du chagrin.
S'identifier pour envoyer des commentaires.
Infos disponibilités
  • 47 679 références en stock, expédiées aujourd'hui ou demain
  • Pas en stock, mais expédié sous 4 à 7 jours ouvrés
  • Épuisé, non publié ou non commercialisé
  • À paraître