Identifiez-vous

En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
La femme révélée
22,00 €
La femme révélée
Grasset
Résumé
Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a abandonné brusquement une vie dorée à Chicago, un mari fortuné et un enfant chéri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre  ?
Vite dépouillée de toutes ressources, désorientée, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se réinventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part à la découverte d’un Paris où la grisaille de l’après-guerre s’éclaire d’un désir de vie retrouvé, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanité des humbles et des invisibles.
Dans cette vie précaire et encombrée de secrets, elle se découvre des forces et une liberté nouvelle, tisse des amitiés profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse.
Mais comment vivre traquée, déchirée par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussée à fuir son pays et les siens ?  Et comment, surtout, se pardonner d’être partie  ?
Vingt ans plus tard, au printemps 1968, Violet peut enfin revenir à Chicago. Elle retrouve une ville chauffée à blanc par le mouvement des droits civiques, l’opposition à la guerre du Vietnam et l’assassinat de Martin Luther King. Partie à la recherche de son fils, elle est entraînée au plus près des émeutes qui font rage au cœur de la cité. Une fois encore, Violet prend tous les risques et suit avec détermination son destin, quels que soient les sacrifices.
Au fil du chemin, elle aura gagné sa liberté, le droit de vivre en artiste et en accord avec ses convictions. Et, peut-être, la possibilité d’apaiser les blessures du passé. Aucun lecteur ne pourra oublier Violet-Eliza, héroïne en route vers la modernité, vibrant à chaque page d’une troublante intensité, habitée par la grâce d’une écriture ample et sensible.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Grasset (2020)
  • Collection : Littérature Française
  • Nombre de pages : 384
  • ISBN: 978-2-246-81931-8
Gaëlle Nohant (Auteur) a également contribué aux livres…
Légende d'un dormeur éveillé Légende d'un dormeur éveillé Gaëlle Nohant
En stock, expédié lundi 8,90 €
Lire la suite
Légende d'un dormeur éveillé, Prix des libraires 2018 Légende d'un dormeur éveillé, Prix ... Gaëlle Nohant
cet ouvrage n'est pas en stock, pour l'instant il n'est pas possible de le commander 23,00 €
Lire la suite
L'Ancre des rêves L'Ancre des rêves Gaëlle Nohant
cet ouvrage n'est pas en stock, pour l'instant il n'est pas possible de le commander 7,90 €
Lire la suite
La Part des flammes La Part des flammes Gaëlle Nohant
En stock, expédié lundi 8,70 €
Lire la suite
La part des flammes La part des flammes Gaëlle Nohant
cet ouvrage n'est pas en stock, pour l'instant il n'est pas possible de le commander 22,00 €
Lire la suite
L'Ancre des rêves L'Ancre des rêves Gaëlle Nohant
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Avis des lecteurs
Emmanuelle D. image du profil
(Fontaine Passy)

Une Américaine en cavale dans le Paris des années 50. Pourquoi a t elle quitté son mari et son fils? Pourquoi cette fausse identité? L'histoire de cette femme devenue photographe qui découvre la ville lumière, ses clubs de jazz, rencontre une bande de marginaux, sans jamais perdre ses idéaux, son combat contre les injustices raciales.Un roman palpitant!

Angéline M. image du profil
(Fontaine Kléber)

Paris,1950. Eliza se cache dans un hôtel minable sous le nom de Violet, elle a fui les Etats-Unis et un mari violent en laissant leur fils. Seule dans la capitale et armée d'un appareil photo, elle arpente la ville et prend plaisir à vagabonder dans ce qui n'était que des villages à la périphérie comme Ménilmontant. Elle y noue des amitiés et avec ce que Paris compte de marginaux et de personnages pittoresques et se laisse traverser par une passion dévorante. Bientôt reconnue comme une artiste sachant capturer la lumière et la beauté d'un instant volé, Eliza voit se profiler bien des années après un retour possible à New-York après 20 ans d'exil forcé.
Quel avenir pour elle dans un pays où on l'a fait passer pour morte?
Un roman savoureux plein de charme qui nous fait revivre le Paris d'après-guerre en pleine reconstruction.

Elizabeth P. image du profil

De Chicago à Paris, Eliza devient Violet pour échapper à un mari fortuné mais sans scrupule dont elle craint qu’il ne veuille la faire tuer.
Son drame ; elle a laissé son enfant
Sa survie : son appareil photo.
Quelle merveilleuse conteuse que Gaëlle Nohant !
379 pages de pur bonheur.
L’histoire de cette femme est subjuguante.
Les tournures de phrases sont un délice.
Chaque mot est bien choisi, bien à sa place. Il n’y en a pas un de trop.
Ils sont rares les livres aussi aboutis, aussi parfaits.
Intelligence, sensibilité, documentation riche….. que de bons ingrédients au service de ce superbe roman.
Contrairement à certains livres qu’on a hâte de terminer, je ralentissais la lecture de celui-ci pour en garder encore un peu pour le lendemain.

Alex-Mot-à-Mots image du profil

Troisième roman de l’auteure, je dois dire qu’elle me surprend à chaque fois : j’avais beaucoup aimé le premier, abandonné le second.

Je suis allée au bout de celui-ci, sans être véritablement convaincue.

Car voyez-vous, l’auteure excelle dans les descriptions de foules (je me souviens du feu et de la panique dans La part des flammes). C’est également le cas dans celui-ci, sauf que cet élément arrive en fin de roman.

Avant : je me suis ennuyée. L’histoire d’amitié avec Rosa, l’histoire d’amour avec Sam ne m’ont pas convaincu, et les retrouvailles avec son fils m’ont paru grandement improbable.

Mais j’ai souri chaque fois que l’auteure utilisait le mot escarpin : il y a avait longtemps que je ne l’avais plus lu ni entendu.

J’ai tout de même aimé les descriptions de Chicago et de la ségrégation qui régnait dans la ville dans les années 50.

J’ai découvert Saul Alinski et son combat.

Espérons que le prochain roman de cette auteure saura plus convainquant.

L’image que je retiendrai :

Celle de la soeur chargée de fermer la porte à minuit.

Quelques citations :

C’est humain, tu vois, d’aspirer à la liberté, de ne pas supporter la cage.

Mais la vérité, c’est qu’il y a dans nos vies des impasses dont on ne peut s’échapper qu’en détachant des morceaux de soi.

Se perdre dans ces ténèbres qui vous recrachent en morceaux.

Parce que si on veut contrôler les pauvres, il faut commencer par les diviser. Et surtout, si tu es mon inférieure, je peux te payer à bas prix (…). Admettre que les hommes sont égaux mettrait l’équilibre du monde en péril. Il y a trop d’intérêt en jeu, depuis trop longtemps.

Notre prospérité repose sur l’injustice, il faut composer avec ça.

Cette guerre-là a été notre ticket gagnant pour sortir de la Dépression. Et regarde : nos ennemis d’hier sont déjà devenus nos alliés, et on n’a pas attendu l’armistice pour considérer les Russes comme nos adversaires.

J’acceptais de vivre avec cet inachevé, ce vide inguérissable. (…) Même si tu soutiens que tu n’as fait qu’écouter le chant de mon âme, qui se débattait dans l’obscurité mais aspirait à rayonner au-dehors.

Tu l’as aidé à grandir, et à comprendre que le monde n’était pas là pour lui tendre des pièges.

https://alexmotamots.fr/la-femme-revelee-gaelle-nohant/

+ donner votre avis