Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Mur Méditerranée
22,00 €
Mur Méditerranée
Sabine Wespieser Éditeur
Résumé
À Sabratha, sur la côte libyenne, les surveillants font irruption dans l’entrepôt des femmes. Parmi celles qu’ils rudoient, Chochana, une Nigériane, et Semhar, une Érythréenne. Les deux se sont rencontrées là après des mois d’errance sur les routes du continent. Depuis qu’elles ont quitté leur terre natale, elles travaillent à réunir la somme qui pourra satisfaire l’avidité des passeurs. Ce soir, elles embarquent enfin pour la traversée.
Un peu plus tôt, à Tripoli, des familles syriennes, habillées avec élégance, se sont installées dans des minibus climatisés. Quatre semaines déjà que Dima, son mari et leurs deux fillettes attendaient d’appareiller pour Lampedusa. Ce 16 juillet 2014, c’est le grand départ.
Ces femmes aux trajectoires si différentes – Dima la bourgeoise voyage sur le pont, Chochana et Semhar dans la cale – ont toutes trois franchi le point de non-retour et se retrouvent à bord du chalutier unies dans le même espoir d’une nouvelle vie en Europe.
Dans son village de la communauté juive ibo, Chochana se rêvait avocate avant que la sécheresse ne la contraigne à l’exode ; enrôlée, comme tous les jeunes Érythréens, pour un service national dont la durée dépend du bon vouloir du dictateur, Semhar a déserté ; quant à Dima, terrée dans les caves de sa ville d’Alep en guerre, elle a vite compris que la douceur et l’aisance de son existence passée étaient perdues à jamais.
Sur le rafiot de fortune, l’énergie et le tempérament des trois protagonistes – que l’écrivain campe avec humour et une manifeste empathie – leur seront un indispensable viatique au cours d’une navigation apocalyptique.
S’inspirant de la tragédie d’un bateau de clandestins sauvé par le pétrolier danois Torm Lotte pendant l’été 2014, Louis-Philippe Dalembert, à travers trois magnifiques portraits de femmes, nous confronte de manière frappante à l’humaine condition, dans une ample fresque de la migration et de l’exil.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Sabine Wespieser Éditeur (29/08/2019)
  • Collection : Littérature
  • Nombre de pages : 320
  • ISBN: 978-2-84805-328-8
Louis-Philippe Dalembert (Auteur) a également contribué aux livres…
Avant que les ombres s'effacent / roman Avant que les ombres s'effacent ... Louis-Philippe Dalembert
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,50 €
Lire la suite
Une enfance haïtienne Une enfance haïtienne Guy Régis Jr, Emmelie Prophète, ...
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 13,50 €
Lire la suite
Ballade d’un amour inachevé, roman Ballade d’un amour inachevé, roman Louis-Philippe Dalembert
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,50 €
Lire la suite
EbookBallade d’un amour inachevé, roman Ballade d’un amour inachevé, roman Louis-Philippe Dalembert
Indisponible sur notre site
Lire la suite
EbookNoires blessures, roman Noires blessures, roman Louis-Philippe Dalembert
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Noires blessures, roman Noires blessures, roman Louis-Philippe Dalembert
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Avis des lecteurs
Sabine D. image du profil
(Fontaine Luberon)

Ce roman est inspiré d’un fait réel, survenu en juillet 2014 en mer Méditerranée : un chalutier transportant illégalement 750 hommes, femmes et enfants jetés sur les routes de l’exil, a subi une violente tempête et une rixe à bord, entraînant la mort de 181 personnes. Le récit débute alors que trois femmes attendent dans un entrepôt, à Sabratha en Libye pour embarquer afin d’atteindre les côtes italiennes. Il se poursuit par des aller-retour sur les parcours de chacune : Chochana, la nigériane juive que la sécheresse qui sévit dans le nord du pays pousse à chercher du travail ailleurs ; Sembar, l’erythréenne catholique qui ne peut plus composer avec le régime dictatorial de son pays et Dima, la syrienne musulmane qui a perdu sa maison dans les bombardements d’Alep. Toutes cherchent à mettre l’horloge de leur vie à l’endroit, après avoir vécu des traumatismes : à la recherche d’une terre ferme où ancrer leur jeunesse, leur famille, leur vie et leurs rêves. La traversée de la Méditerranée s’avère très périlleuse, en raison à la fois de mauvaises conditions climatiques, mais aussi des dispositions prises pour leur transport : les subsahariens entassés dans une cale réduite et les arabes sur le pont, exposés aux vagues glacées. Dans une langue fluide, rythmée et efficace, l’auteur nous entraîne dans les bruits, les odeurs mêlées et les ressentis des trois femmes jusqu’au débarquement sur une plage de la Baie de Messine sur l’île de Lampedusa. Un récit poignant !

Nathalie M. image du profil
(Librairie Page 36)

Trois destins féminins dans l'exil. Celui de Chochana, Nigériane. Celui de Semhar, Érythréenne. Celui de Dima, Syrienne.
Ces trois femmes ont longuement pensé, échafaudé, organisé leur exode vers un ailleurs pour échapper à leur terre natale, baignée de sang, de dictature, ou de sécheresse.
Trois femmes dont l’histoire à traverser la mer Méditerranée – ce mur – les lient les unes aux autres, des circonstances.
Traversée faite de soumission, de violences latentes ou surgissantes, de deuils, de disparitions.
Traversée confrontées à la mort ; celle des autres, celle de proches aussi, en tentant d’y échapper elles-mêmes.
Traversée comme ne plus pouvoir rien faire qu’attendre qu'elle se termine d’une façon ou d’une autre.
Traversée comme se confronter à soi-même, aux autres, en œuvrant vers un avenir de tenter de tenir et survivre.
De cette lecture, on vit le périple de chacune.
On saisit l’humanité, la ténacité, la souffrance au-delà de ce qu’on peut imaginer de seulement tenter d’imaginer.
De s’informer, on sait les clandestins, les naufrages, les morts perçus comme masse d’êtres sans visages et sans noms qui sombre dans la mer.
On sait ceux qui débarquent sur les côtes européennes, l’accueil qu’on leur réserve fait d’attente, de démarches administratives longues, voire de refoulements.
Par cet ouvrage, on lit trois destins, on découvre trois femmes dont on voudrait qu’elles s’en sortent, parmi d’autres évoqués dont on sait qu’ils disparaissent, meurent sans en connaître vraiment les circonstances. On ne fait que supposer. On se trouve témoins directs.
Ce roman enjoint à voir, à savoir, à poser son regard sur les faits, sur les citoyens du monde d’où qu’ils viennent, où qu’ils aillent.
Une écriture vive, qui sonne juste. Une écriture dense, sans fioritures qui donne à percevoir les êtres et leur traversée de l’intérieur.
Ce roman inspiré du sauvetage d’un bateau de clandestins par un pétrolier danois en 2014, confronte le lecteur à ce qu’il ne savait pas, à ce qu’il n’osait pas imaginer peut-être.

+ donner votre avis