Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Sérotonine
22,00 €
Sérotonine
Flammarion
Résumé
"Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l’amour" écrivait récemment Michel Houellebecq.

Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d’ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman – son double inversé), l’échec des idéaux de leur jeunesse, l’espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue.

Ce roman sur les ravages d’un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion (04/01/2019)
  • Collection : Littérature française
  • Nombre de pages : 352
  • ISBN: 978-2-08-147175-7
Michel Houellebecq (Auteur) a également contribué aux livres…
Soumission Soumission Michel Houellebecq
En stock, expédié aujourd'hui 8,40 €
Lire la suite
En présence de Schopenhauer En présence de Schopenhauer Michel Houellebecq
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 9,00 €
Lire la suite
Houellebecq / 2001-2010 Houellebecq / 2001-2010 Michel Houellebecq
En stock, expédié aujourd'hui 35,00 €
Lire la suite
Les particules élémentaires Les particules élémentaires Michel Houellebecq
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 24,90 €
Lire la suite
Les quatre saisons 1 : Passé parfait Les quatre saisons 1 : ... Michel Houellebecq
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 10,00 €
Lire la suite
Houellebecq / 1991-2000 Houellebecq / 1991-2000 Michel Houellebecq
En stock, expédié aujourd'hui 30,00 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Caroline P. image du profil
(Fontaine Auteuil)

Florent-Claude pourrait n'être que l'antihéros plusieurs fois croisé dans l’œuvre de Houellebecq : le type, jamais très en forme, errant, échouant d'histoires d'amour en histoires d'un jour, fantasmant sur la moindre midinette... pour finir ici par trouver l'acmé du plaisir dans un supermarché offrant l'infini du désir dans la variété des boites d'houmous.
Assailli par une sévère dépression, notre homme tente une ultime quête, celle de son grand amour perdu. Commence alors un voyage, fait d'introspection, de rencontres et d'épreuves qui le rapprocheront à chaque fois un peu plus de la vérité, d'une vérité sur lui-même et sur le monde qui l'entoure.
En empruntant les chemins du roman initiatique médiéval, en allant à l'origine du récit occidental, Houellebecq nous livre un roman d'une lucidité crue sur l'essence même de notre être contemporain.
L'art de la formule et l'humour acide font mouche, l'art du portrait le place dans le sillon des grands moralistes, la citation et les références affleurent et la prose de Houellebecq, à la fois légère et profonde, emporte vers un indéniable plaisir de lecture.

Rémi47 image du profil

Je viens de finir ce livre et je me demande si j'ai bien fait de le lire. Certaines choses, notamment les références sexuelles, habituelles mais avec en particulier la description de deux vidéos absolument choquantes, font se poser la question de la gratuité de celles-ci, à moins que ce ne soient des signaux invitant les cœurs sensibles à ne pas ne pas aller plus loin. Ce qui est jubilatoire au début finit par susciter un sentiment d'ennui à l'approche de la fin. Comme toujours, il n'y a pas vraiment de fin, l'auteur arrête d'écrire et le lecteur arrête de lire, mais ici avec un sentiment de vide abyssal. C'est du bon Houellebecq sans en être le meilleur. Je crois que l'auteur est habité par un génie qui le consume de l'intérieur. Mais en donnant l'impression de forcer le trait, le génie n'avoue-t-il pas douter de lui même ? N'est-ce pas un signe supplémentaire après "Soumission" d'une volonté, peut être inavouée, de racoler en quelque sorte ? En tout cas, il excelle à nous exposer sa pulsion de mort et son incapacité de la suivre. Et il nous fait nous poser la question de savoir pourquoi on lit et ce que l'on cherche ainsi. Donc 4 étoiles au lieu de 5 ; par refus de l’idolâtrie "houellebecqienne".

o n  l a  l u image du profil

**Au royaume du glauque**

Sérotonine. C’est le nom d’un neurotransmetteur qui permet, sinon de voir la
vie en rose au moins de la supporter. C’est aussi le nom du dernier roman de
Michel Houellebecq. Avant d’en commencer la lecture, un conseil : procurez-
vous quelques cachets.

Simplifions l’histoire: Florent-Claude Labrouste est un agronome dans la
quarantaine qui décide de se soustraire à la vie sociale. Pas de se suicider,
enfin pas tout de suite car il n’y aurait pas de roman, mais de disparaître,
de s’évaporer. Ce qu’il fait en s’installant dans un hôtel Mercure (où l’on
peut encore fumer) à la porte d’Italie, après avoir quitté sa compagne du
moment, Yuzu, une japonaise qui copule, entre autres, avec des chiens, ce qui
écœure le brave Florent-Claude « surtout pour les chiens ».

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

+ donner votre avis