Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Les exilés meurent aussi d'amour, roman
22,00 €
Les exilés meurent aussi d'amour
Grasset
Résumé
« Ma mère était une créature féerique qui possédait le don de rendre beau le laid. Par la grâce de la langue française, je l’avais métamorphosée en alchimiste. C’était à ça que servaient les mots dans l’exil : combattre le réel et sauver ce qui restait de l’enchantement de l’enfance. »
 
Shirin a neuf ans quand elle s’installe à Paris avec ses parents, au lendemain de la révolution islamique en Iran, pour y retrouver sa famille maternelle. Dans cette tribu de réfugiés communistes, le quotidien n’a plus grand-chose à voir avec les fastes de Téhéran. Shirin découvre que les idéaux mentent et tuent ; elle tombe amoureuse d’un homme cynique ; s’inquiète de l’arrivée d’un petit frère œdipien et empoisonneur ; admire sa mère magicienne autant qu’elle la méprise de se laisser humilier par ses redoutables sœurs ; tente de comprendre l’effacement de son père… et se lie d’amitié avec une survivante de la Shoah pour qui seul le rire sauve de la folie des hommes.
 
Ce premier roman teinté de réalisme magique nous plonge au cœur d’une communauté fantasque, sous l’œil drôle, tendre, insolent et cocasse d’une Zazie persane qui, au lieu de céder aux passions nostalgiques, préfère suivre la voie que son désir lui dicte. L’exil oserait-il être heureux ?
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Grasset (22/08/2018)
  • Collection : Littérature Française
  • Nombre de pages : 400
  • ISBN: 978-2-246-86233-8
Abnousse Shalmani (Auteur) a également contribué aux livres…
Khomeiny, Sade et moi Khomeiny, Sade et moi Abnousse Shalmani
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
Lire la suite
EbookKhomeiny, Sade et moi Khomeiny, Sade et moi Abnousse Shalmani
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Avis des lecteurs
Clara image du profil

Alors qu’elle est âgée de 9 ans, le monde de Shirin change brutalement, sa famille a quitté Téhéran après la révolution islamique. À Paris, ses parents et elle sont hébergés par la famille de la mère de Shirin dans un logement minuscule bien loin des fastes de leur vie passée.

De son poste d’observation sous le canapé, Shirin observe et écoute les adultes : ses tantes dominatrices, sa mère qui se plie aux volontés de ses sœurs, son père effacé et un grand-père déclinant. Cette famille iranienne un peu foutraque tangue entre la nostalgie de l’Iran, ses convictions politiques communistes et des querelles familiales passées sous couvert du silence (les relations familiales sont bien plus complexes et bien plus plus néfastes qu'il n'y paraît). Éprise de liberté, Shirin se construit et s’affranchit des lourds carcans familiaux en puisant dans les deux cultures.

En mêlant le part imaginaire du regard de l'enfant, la voix de l'adolescente qui cherche à s'affirmer et celle de l'adulte qui regarde le passé avec un œil éclairé, ce roman sur l'exil a une voix vive et relevée tout comme l'écriture d’Abnousse Shalmani ! Et si l'on est amené à sourire des situations drôles ou cocasses, on est également interloqué et touché.
J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman foisonnant !

"À court terme, nous avons chacun fui à notre manière. Nous étions incapables de claquer la porte à cette famille de merde, touchée par la maladie du chuchotement : elle était tout ce qui nous restait dans l'exil."

"Il est impossible de pleurer la nostalgie, c'est l'hymnne national de l'exil. L'exil est une identité, un langage, un passé sans avenir."

+ donner votre avis