Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Le Serpent de l'Essex
20,00 €
Le Serpent de l'Essex
Traduit par
Christian Bourgois
Résumé


Cora Seaborne, jeune veuve férue de paléontologie, quitte Londres en compagnie de son fils Francis et de sa nourrice Martha pour s'installer à Aldwinter, dans l'Essex, où elle se lie avec le pasteur William Ransome et sa famille. Elle s'intéresse à la rumeur qui met tout le lieu en émoi : le Serpent de l'Essex, monstre marin aux allures de dragon apparu deux siècles plus tôt, aurait-il ressurgi de l'estuaire du Blackwater ?
Dans un cadre marqué par une brume traversée d'étranges lumières, Cora Seaborne construit sa liberté. En cette fin d'ère victorienne dont les problèmes sociaux ne doivent pas faire oublier les triomphes, nous suivons, au gré de leurs aventures et de leur correspondance, des hommes qui s'acceptent tels qu'ils devraient être, des femmes qui découvrent devoir être ce qu'elles sont et un monstre effroyable qui redevient ce qu'il était.


« Un roman irrésistible... L'héroïne la plus délicieuse depuis Elizabeth Bennet dans Orgueil et Préjugés... Vers la fin, le Serpent de l'Essex révèle un mystère bien plus grand qu'une créature "détachée des marges enluminées d'un manuscrit" : l'amitié. » Washington Post
« Le Serpent de l'Essex est un merveilleux roman sur les mécanismes de la vie, de la croyance et de l'amour, sur la science et la religion, les secrets, les mystères, les mouvements compliqués et inattendus du cœur humain... C'est un si bon roman que ses pages semblent illuminées de l'intérieur. » Helen Macdonald
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Christian Bourgois (11/01/2018)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Nombre de pages : 336
  • ISBN: 978-2-267-03054-9
Christine Laferrière (Traduction) a également contribué aux livres…
La source de l'amour-propre, Essais choisis, discours et méditations La source de l'amour-propre, Essais ... Toni Morrison
En stock, expédié demain 23,00 €
Lire la suite
Anatomie d'un soldat Anatomie d'un soldat Harry Parker
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Lire la suite
Délivrances Délivrances Toni Morrison
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 18,00 €
Lire la suite
Un bébé d'or pur Un bébé d'or pur Margaret Drabble
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Lire la suite
Le chapeau de M. Briggs, récit sensationnel du premier meurtre commis à bord d'un train anglais Le chapeau de M. Briggs, ... Kate Colquhoun
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Home Home Toni Morrison
En stock, expédié demain 6,10 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Marine S. image du profil
(Fontaine Villiers)

Cora Seaborne tout juste veuve, revit enfin. Son mari abusif et violent vient de mourir et la jeune femme passionnée de paléontologie décide de s'installer dans le comté de l'Essex et se lie avec la famille du pasteur local. Intriguée par l'énigme du serpent géant qui vivrait dans l'estuaire du Blackwater, Cora est bien décidée à en percer le mystère.

Le serpent de l'Essex de Sarah Perry est définitivement un livre original. Avec une langue qui mélange modernité et archaïsme, des personnages à la hauteur de l'écriture, elle explore avec intelligence les thèmes de l'amour, de l'amitié, de la différence et de l'émancipation féminine. Sa galerie de personnage qui vaut définitivement celle d'un bon vieux Dickens, entraîne les lecteurs dans une aventure incroyable. Un excellent roman britannique comme on les aime.

claudialucia image du profil

Le roman de Sarah Perry Le serpent de l’Essex n’est pas un roman fantastique contrairement à ce que le titre pourrait laisser à penser. C’est un livre qui explore les peurs ancestrales ancrées dans les esprits et qui resurgissent lors de périodes particulières à notre histoire. C’est l’analyse de la superstition toujours prête se réveiller et à embrumer les esprits même ceux des plus raisonnables. C’est l’éternel duel entre l’obscurantisme et l’esprit scientifique à cette époque victorienne où les découvertes des fossiles sur les plages de l’Essex (il est souvent question de Mary Anning qui a découvert les fossiles des dinosaures) viennent corroborer les thèses de Darwin et apporter la preuve scientifique de l’évolution des espèces. Les deux thèses sont portées dans le roman d’une part par Cora, naturaliste, et pas William Ransome, le pasteur, un homme de foi.
A ces thèmes passionnants s’ajoutent celui de la liberté féminine et du statut de la femme à l’époque victorienne. L’écrivaine veut montrer, à travers le personnage de Cora Seaborne, éprise de science et de paléontologie, que la société victorienne n’était pas aussi corsetée que ce que l’on veut bien le dire. Mais l’on ne peut s’empêcher de penser que si Cora est si marginale, si libre par rapport à sa classe sociale et son époque, c’est parce qu’elle a eu le bonheur de perdre son mari ! Et oui, elle est veuve et heureuse de l’être et riche ! Beaucoup de conditions pour gagner le droit d’être libre !
Enfin la misère sociale est aussi abordée par l’intermédiaire de la lutte contre les logements insalubres, sales, dégradés où s’entasse le petit peuple de Londres. C’est Martha, la gouvernante de Cora, issue du peuple, qui mène cette bataille avec argent du riche Spencer, amoureux d’elle !
SI j’ai bien aimé les personnages secondaires comme le médecin, Luke Garett , les enfants, Naomi, Jo, et Francis, et l’épouse du pasteur, Stella, j’ai été peu en empathie avec Cora Seaborne, qui m’a agacée. Et pourtant, elle est féministe, donc, elle devrait me plaire mais son désir de liberté s’accompagne d’une insensibilité à la peine des autres qui me choque. Quant à William Ransome, le pasteur, je n’arrive pas vraiment à le cerner. Je crois que ce qui me gêne, c’est le présupposé de l’écrivaine qui veut affranchir cette homme d’église des interdits victoriens à propos de la sexualité. Du ce fait, je n’arrive pas trop à croire en ce personnage parce que même à notre époque de liberté sexuelle un homme qui trompe sa femme mourante (et qu’il aime) sera tourmenté par la culpabilité. Je n’ai pas trop compris ce personnage.
Ce roman est donc très bien écrit, riche et souvent complexe au niveau de l’analyse psychologique et des sentiments. A priori, il avait tout pour m’intéresser. Mais, tout en reconnaissant ses qualités, je n’ai pu m’y investir totalement et je suis restée partiellement en dehors. Quelques longueurs, la froideur de l’analyse et ce désir de l’écrivaine de n’être pas là où on l’attend, en particulier pour l’histoire d’amour et la vision de l’époque victorienne, expliquent peut-être ce ressenti.

+ donner votre avis