Identifiez vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
4 3 2 1
28,00 €
4 3 2 1
Traduit par
Actes Sud
Résumé

À en croire la légende familiale, le grand-père nommé Isaac Reznikoff quitta un jour à pied sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, passa Varsovie puis Berlin, atteignit Ham- bourg et s’embarqua sur l’Impératrice de Chine qui franchit l’Atlantique en essuyant plusieurs tempêtes, puis jeta l’ancre dans le port de New York au tout premier jour du XXe siècle. À Ellis Island, par une de ces bifurcations du destin chères à l’auteur, le nouvel arrivant fut rebaptisé Ferguson. Dès lors, en quatre variations biographiques qui se conjuguent, Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l’immigrant. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent d’un même mouvement l’histoire américaine des fifties et des sixties. Quatre contemporains de Paul Auster lui-même, dont le “maître de Brooklyn” arpente les existences avec l’irrésistible plaisir de raconter qui fait de lui l’un des plus fameux romanciers de notre temps.
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud (03/01/2018)
  • Collection : ROMANS, NOUVELLES
  • Nombre de pages : 1019
  • ISBN: 978-2-330-09051-7
Paul Auster (Auteur) a également contribué aux livres…
Image manquante 4321 Paul Auster
En stock, expédié aujourd'hui 12,45 €
Lire la suite
4 3 2 1 4 3 2 1 Paul Auster
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Harrap's Leviathan Harrap's Leviathan Paul Auster
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,95 €
Lire la suite
Moon Palace Moon Palace Paul Auster
En stock, expédié aujourd'hui 9,70 €
Lire la suite
Sunset Park Sunset Park Paul Auster
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Report from the interior Report from the interior Paul Auster
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 9,90 €
Lire la suite
Gérard Meudal (Traduction) a également contribué aux livres…
Joseph Anton, Une autobiographie Joseph Anton, Une autobiographie Salman Rushdie
En stock, expédié aujourd'hui 11,20 €
Lire la suite
Intellectuels et artistes sous l'occupation : Et la fete continue, et la fête continue Intellectuels et artistes sous l'occupation ... Alan Riding
En stock, expédié aujourd'hui 12,00 €
Lire la suite
Et la fête continue, la vie culturelle à Paris sous l'Occupation Et la fête continue, la ... Alan Riding
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Luka et le Feu de la Vie Luka et le Feu de ... Salman Rushdie
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,80 €
Lire la suite
Les Derniers Grizzlys Les derniers grizzlys Rick Bass
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Toutankhamon, le livre des ombres Toutankhamon, le livre des ombres Nick Drake
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Avis des lecteurs
Sylvain T. image du profil
(Fontaine Luberon)

Tout commence par une blague à travers l’évocation du grand père du héros Ferguson, un certain Reznikoff, parti de Minsk pour vivre le rêve américain aux premières lueurs du XXe siècle. Un ami juif russe lui suggère de changer son nom en « Rockfeller ». Avec un nom comme ça, lui dit il, « tout ira bien ». De ce postulat, Paul Auster brode une narration vertigineuse en quatre temps et sept variations d’un même destin convoquant toutes les ressources de la fiction jusqu’à épuisement des possibles pour en distiller une simple vérité : celle de l’Homme et plus encore, celle de l’Histoire. Fresque extraordinaire du XXe siècle américain, le célèbre auteur américain nous offre un roman d’une densité rare, où le hasard de l’existence tourbillonne telle une folle boussole à chaque page de ce récit effréné. Au final, « seuls les mots restent », la vie défile irrémédiablement. Admirable hommage au pouvoir du roman, à l’image d’un Dostoievski, Paul Auster nous livre sans doute un des plus grands romans de la littérature contemporaine !

Valérie image du profil

Je ne fais pas partie des inconditionnelles d'Auster. De lui, j'ai tenté deux romans qui m'ont laissée de marbre et un qui m'a enthousiasmée mais dont je reconnais le côté sulfureux, Invisible. Pourtant, quand j'ai croisé la route de ce roman, en janvier dernier, au WH Smith parisien, impossible pour moi de ne pas être attirée. Il venait de sortir en grand format américain, il était donc énorme avec ses 1000 pages et j'aimais beaucoup la couverture. Pour une fois, j'ai lu la quatrième de couverture pour tenter de comprendre pourquoi Auster avait quitté ses formats relativement courts et j'ai été séduite par l'idée de donner à son personnage principal, Archie Ferguson, quatre destins différents. On sent très vite qu'Archie ne doit pas être très éloigné de l'auteur. Il vit à la même époque, semble avoir les mêmes origines et veut devenir écrivain. En lisant ce roman, on comprend bien (enfin, je l'ai compris ainsi) que la vie est un éternel renoncement, une éternelle croisée des chemins. Or ces chemins, on ne pourra pas tous les prendre. A l'âge de Paul Auster, on peut avoir envie d'imaginer ce qu'auraient pu être ces autres vies, surtout quand on est un écrivain qui a réussi, sinon, j'imagine bien la déprime. Alors, oui, c'est un poil trop long, oui, j'ai sauté quelques phrases mais dès la première page, j'ai travaillé sur un extrait pour l'étudier avec mes secondes avec qui j'abordai Ellis Island et la semaine dernière, j'ai étudié un passage avec mes terminales sur l'enrôlement des jeunes à la guerre du Vietnam. C'est à la fois un destin personnel et celui d'une génération. Il m'a fallu 400 pages pour pouvoir dire que ça me plaisait mais j'ai beaucoup aimé les explications sur la genèse habilement imbriquées dans le roman. La fin de chaque partie surprend et c'est sans doute l'une des grandes réussites de ce pavé. Précisons aussi, comme me le faisait remarquer un collègue d'histoire-géo qu'on en apprend beaucoup sur les mouvements radicaux étudiants. Il y a des réflexions intéressantes sur l'écriture, comme par exemple la différence entre écrire pour la presse et écrire un roman. Et bien sûr, puisque c'est Auster, la sexualité est scrutée sous de bien nombreux aspects, c'est l'avantage d'avoir quatre destins. Vous l'aurez sans doute compris, ce qui m'a séduite, ce n'est pas tant la plume d'Auster que la construction du roman et son contenu historique.

+ donner votre avis