Identifiez-vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Fief
17,50 €
Fief
Le Seuil
Résumé
Quelque part entre la banlieue et la campagne, là où leurs parents ont eux-mêmes grandi, Jonas et ses amis tuent le temps. Ils fument, ils jouent aux cartes, ils font pousser de l’herbe dans le jardin, et quand ils sortent, c’est pour constater ce qui les éloigne des autres.

Dans cet univers à cheval entre deux mondes, où tout semble voué à la répétition du même, leur fief, c’est le langage, son usage et son accès, qu’il soit porté par Lahuiss quand il interprète le Candide de Voltaire et explique aux autres comment parler aux filles pour les séduire, par Poto quand il rappe ou invective ses amis, par Ixe et ses sublimes fautes d’orthographe. Ce qui est en jeu, c’est la montée progressive d’une poésie de l’existence dans un monde sans horizon.

Au fil de ce roman écrit au cordeau, une gravité se dégage, une beauté qu’on extirpe du tragique ordinaire, à travers une voix neuve, celle de l’auteur de Fief.
---------------------
Prix du Livre France Inter 2018
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Seuil (17/08/2017)
  • Collection : Cadre rouge
  • Nombre de pages : 256
  • ISBN: 978-2-02-136215-2
Avis des lecteurs
Claire R. image du profil
(Fontaine Victor Hugo)

Jonas est un jeune homme qui se cherche, entre adolescence et passage à l’âge adulte. Son temps, il le passe à traîner avec ses amis d’enfance, à jouer aux cartes et à fumer des joints, dans cet entre-deux que représente sa petite ville de banlieue. Des jeunes attachants qui prennent la vie avec nonchalance.
Ce livre nous fait partager des instants de cette vie banale où on ne voit pas plus loin que le lendemain.
C’est à travers des passages forts comme la dictée improvisée autour d’un extrait du Voyage au bout de la nuit, ou la superbe description d’un entraînement de boxe que l’on découvre la vrai puissance de ce livre, car son enjeu est avant tout son écriture, pleine de répartie et de dérision. Il s’en dégage une poésie crue et spontanée qui nous laisse un sentiment doux amer de nostalgie de l’enfance.

Caroline P. image du profil
(Fontaine Auteuil)

Le livre de David Lopez se lit comme la chronique journalière de ceux dont les journaux nous parlent souvent, exclusivement sous l'angle du fait divers ou de l'analyse sociologique. Je veux parler des gars des cités, ceux qui tiennent longtemps après l'adolescence les murs des banlieues.
David Lopez donne à lire leur quotidien, une immersion sans faux-semblants qui n'est pas très différente de l'idée qu'on s'en fait de loin... A la grande nuance près qu'une voix le porte ici de façon inédite et sensible.
C'est aussi incontestablement un regard d'homme sur la vie d'hommes :la boxe, la fumette, le foot, les potes, les petits arrangements entre dealers et consommateurs... mais surtout un ennui si vaste qu'il conditionne tout le reste. Une vie sur le fil, au bord du précipice, rendu de façon extrêmement réaliste, et parfois poétique tant la langue de l'auteur est précise et trouve dans ce texte un souffle qui manque au quotidien vécu de ces garçons errants, ne sachant pas comment trouver leur place.
Une véritable écriture de roman noir et social mais aussi intime.

Chaque Livre E. image du profil

Ce premier roman est étonnant de fraîcheur! C’est jeune, inventif, attendrissant !
Comme le dit David Lopez ce qui compte ce n’est pas la destination mais le voyage. Ici c’est pareil, ce n’est pas l’histoire mais la façon de raconter qui séduit.
L’auteur nous embarque avec une bande de jeunes pas favorisés ou le seul horizon c’est la fumette, un peu de sport et la boxe, pour son personnage principal. On rêve sur les filles aussi, espérant un jour être à la hauteur. Ils sont désœuvrés et se sous estiment, assez conscients qu’il existe bien un déterminisme social: pour eux les gens biens ce sont les autres!
On flirte avec l’anthropologie ! Pour moi le grand intérêt de ce livre réside dans le travail sur la langue : l’auteur a trouvé la formule du langage de jeune appliqué à la littérature. C’est subtile, très percutant et inattendu, ça sonne musical, presque poétique, et donc beau.

+ donner votre avis