Identifiez vous
Panier (0) articles

Voir le panier

Fiche livre
Bakhita
22,90 €
Bakhita
Albin Michel
Résumé
Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion. Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

---------------------
Prix Fnac 2017
Caractéristiques du livre
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel (23/08/2017)
  • Collection : A.M. ROM.FRANC
  • Nombre de pages : 464
  • ISBN: 978-2-226-39322-7
Véronique Olmi (Auteur) a également contribué aux livres…
J'aimais mieux quand c'était toi J'aimais mieux quand c'était toi Véronique Olmi
En stock, expédié lundi 6,30 €
Lire la suite
Un autre que moi Un autre que moi Véronique Olmi
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 15,00 €
Lire la suite
Bibliolycée Pro - Numéro Six, de Véronique Olmi Bibliolycée Pro - Numéro Six, ... Véronique Olmi
Indisponible sur notre site
Lire la suite
Biblio College Numéro Six Biblio College Numéro Six Véronique Olmi
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 3,60 €
Lire la suite
J'aimais mieux quand c'était toi J'aimais mieux quand c'était toi Véronique Olmi
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 15,00 €
Lire la suite
La Nuit en vérité La Nuit en vérité Véronique Olmi
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 6,90 €
Lire la suite
Avis des lecteurs
Anne A. image du profil
(Fontaine Kléber)

Sainte Bakhita, de l'esclavage à la sainteté.

Née au Darfour dans les années 1970, capturée à l'âge de 7 ans, puis vendue comme esclave, Bakhita finira par quitter l'Afrique et rejoindre l'Italie. Elle quitte la souffrance et la douleur, mais l'absence de fouets signifie-t-elle pour autant la liberté ? Celle qui perçut plusieurs fois la grâce, qui parle aux étoiles, finira après une longue marche, par arriver chez elle chez les sœurs canossiennes.

Véronique Olmi, grâce à son écriture délicate et fine, donne la possibilité au lecteur d'être touché par la vie et l'humanité de cette femme-enfant.

Plus qu'un roman, la découverte de la vie de témoin de celle qui fût toujours présente pour les petits alors qu'elle même a tout oublié de son enfance, mais qui a su poursuivre son chemin même dans les heures les plus sombres.

Alex-Mot-à-Mots image du profil

Je ne connaissais rien de la vie tragique de celle qui n’a pas de nom en ouvrant ce roman maintes fois primé.

Je découvre une petite fille qui ne se souviens pas de son nom, prise dans la violence d’un monde d’adultes, obligée de grandir vite.

Je rencontre une jeune fille et une femme qui ne lâche la main de personne pour ne pas perdre encore le peu qu’elle possède : une amie, un repère.

Une femme forte capable, avec ses peu de mots, d’affirmer ce qu’elle veut. Même si la société européenne ne lui permet pas de couper complètement avec sa condition d’esclave.

Si j’ai aimé Bakhita et sa philosophie de vie : laissez venir à moi les petits enfants, je dois dire que je ne suis décidément pas fan du style de l’auteure.

Trop d’adjectifs plaqués à la limite du superfétatoire qui brouillent le rythme du récit au lieu de lui donner du souffle.

L’image que je retiendrai :

Celle de Bakhita s’adressant à la lune où qu’elle soit.

Quelques citations :

« On pourrait croire que le monde s’ouvre, se rencontre et grandit. Il se rétrécit, se morcelle et se creuse. » (p.175)

« Elle a traversé de nombreuses années et de nombreux pays, et elle n’a jamais vu que le même paysage, celui des hommes perdus, des mères dépossédées et des enfants sans innocence. » (p.329)

o n  l a  l u image du profil

[**CET OUVRAGE FAIT PARTIE DE NOTRE SELECTION **](http://www.onlalu.com/quoilire?ql=29183)
[**q u o i  l i r e ?
l'avis des libraires

**](http://www.onlalu.com/quoilire?ql=29183)

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

+ donner votre avis